Et si le langage changeait nos vies ?



Bob, le pire manager que la "planète entreprise" ait jamais porté parle d'une façon très spécifique... certes, au delà des mots, il y a son attitude, ses expressions de visage, tout ce qui est non verbal mais les mots ont leur importance. Il est intéressant de faire attention aux mots. Inconsciemment, le choix de tels ou tel mot dénote d'un état d'esprit, d'une façon de voir le monde et de pouvoir le changer ! Avant d'entrer dans le détail du vocabulaire de Bob, j'aimerai vous donner un exemple. Selon-vous, laquelle de ces deux phrases montre le plus mon optimisme quant au fait que vous allez lire cet article :

1- j'espère que vous aimerez cet article

2- je vous souhaite une excellente lecture

La première proposition exprime un souhait (que j'espère ne pas être vain cela étant dit), la seconde exprime une certitude : vous allez lire cet article, aucun doute possible. Dans les deux cas, votre perception, et votre réaction sera différente... alors qu'il ne s'agit que d'une formule de politesse. Vous avez compris le principe :-)

Nous ne faisons pas véritablement attention à ces détails et c'est pour cela, incorrigible empêcheur de tourner en rond que je suis, que je vais détailler le vocabulaire de Bob.

Bob ne dit pas "c'est beau", il dit "c'est pas vilain"

Bob ne dit pas : "voyons comment nous pourrions faire" il dit "c'est impossible".

Bob ne dit pas "je vais le faire" il dit "j'aimerai bien le faire"

Bob ne dit pas "c'est une leçon" il dit "c'est un échec"

Bob ne dit pas "on va y arriver" il dit "ça va être compliqué"

Bob ne dit pas "bravo" il dit "pas mal"

Bob ne dit pas "c'est bon" il dit "c'est pas mauvais"

Bob ne dit pas "je vais essayer" il dit "c'est impossible"

Bob ne dit pas "j'ai passé un super week-end, je suis au top" il dit "comme un Lundi"

Bob ne dit pas "bonjour, comment vas-tu" il dit "groumph"

Bob ne dit pas "comment puis-je y arriver" il dit "je ne sais pas faire"

Bob ne dit pas "tu le mérites" il dit "tu as eu de la chance"

Bob ne dit pas "la vie est pleine de surprise" il dit "la vie est dure"

Bob ne dit pas "chaque jour est une chance" il dit "hier c'était mieux"

Je suis certain que certain de ces exemples, vous les avez entendus ou vous les avez utilisés. Non ? Combien de fois dans ma vie professionnelle, avec ses nombreux rebondissements ai-je entendu "oh la la, t'as vraiment du bol toi" au moment où l'une de mes nouvelles aventures commençait. Les gens qui disent cela ne voient en général que l'aboutissement et ne prennent jamais en considération la longueur du chemin parcouru, ainsi que sa difficulté, qu'il a fallu affronter pour arriver au bout. Derrière cette simple expression "tu as de la chance" se cache un second sens sous-entendant que l'on ne le mérite pas vraiment ou, tout du moins, que l'on y est pas pour grand chose. Changer notre vocabulaire, c'est non seulement changer notre point de vue mais également la perception que les autres auront de nous. Et comme pour tous, paraître positif est toujours préférable à passer pour le rabat-joie de service !

Conclusion

Pour chaque situation, il y a toujours plusieurs points de vue. Pour simplifier : un optimiste et un pessimiste. Certains diront que le point de vue réaliste reste le meilleur. Vis à vis de soi même, peut-être, mais vis à vis des autres, surtout en entreprise, essayer de voir les choses du bon côté ne veut pas dire tout peindre en rose, juste prendre en considération qu'au même titre que si le pire n'est pas inenvisageable... il en va de même pour le meilleur.

Le principe du "parler positif", qui mène au "penser positif", c'est de toujours se poser la question, au moment de dire, ou d'écrire quelque chose, s'il n'y a pas une tournure de phrase différente qui permettrait d'arriver à un résultat meilleur. L'exercice n'est pas simple au début mais, vous verrez, avec de l'entrainement, c'est assez simple. Le tout est de le vouloir !!!

Gaël Chatelain

#bienveillance #langage

Découvrez BoB, le pire manager du monde, en chansons...
spotify.png
deezer.png
loga apple.jpeg