Donner du sens : le cœur du management



Il y a quelques semaines, je prenais un avion pour descendre à Cannes pour une conférence chez Thales et… j’ai eu une révélation…. Oui, rien de moins : UNE REVELATION.

Si vous avez déjà pris un avion, au moment du décollage et de l’atterrissage, il nous est demandé de relever le rideau de notre hublot. Et moi, aussi loin que ma mémoire remonte je me suis toujours demandé : POURQUOI ?

Est-ce pour laisser passer la lumière dans l’avion histoire de bien nous réveiller au cas où nous serions en train de faire une bonne sieste ? Est-ce pour nous forcer à regarder le paysage au moment le plus critique d’un voyage en avion ?

Je dois bien vous avouer que le fait de ne pas savoir avait tendance à réveiller en moi mon côté rebelle ! Si je ne comprends pas, je ne fais pas. Bon, dans un avion, le stewart ou l’hôtesse a vite fait de calmer cette rébellion en se jetant sur le dit rideau afin de l’ouvrir. J’ai essayé de dormir la tête dessus… rien n’y fait, on m’a réveillé. La raison devait être fondamentale pour autant de motivation de la part du personnel de bord.

Je n’en savais rien… jusqu’à ce que j’ouvre le magazine posé devant moi dans lequel il y avait un petit encadré ayant comme sujet « pourquoi nous demandons vous de relever le rideau de votre hublot ». Je n’en revenais pas !!! J’allais enfin connaître la vérité. L’excitation était à son comble.

Si nous devons ouvrir notre rideau de hublot c’est pour permettre aux passagers de prévenir s’ils voient un danger arriver… les quelques secondes gagnées en cas d’alerte, genre un réacteur en feu, peuvent sauver l’avion… c’est également, en cas d’accident ou de détournement pour permettre aux secours de voir ce qui se passe à l’intérieur de l’avion sans avoir à y pénétrer !

Okey, c’est un peu flippant, je vous l’accorde, mais… au moins, depuis ce vol : JE SAIS.

Et je vous assure que depuis, quand on me dit de relever mon rideau, je le fais avec « plaisir ». En tout cas, le fait de savoir quel est le sens de mon action me la rend moins pénible.

En entreprise, il en va de même ! Un manager qui n’explique pas pourquoi il est nécessaire de faire telle ou telle chose à ses équipes court le grand risque de voir cette équipe avancer à reculons. L’être humain, contrairement au mouton de panurge, n’est pas fait pour exécuter une tache sans en connaître l’utilité.

"DONNER DU SENS

LEGITIME L'ACTION"

Cela semble évident comme cela mais combien de collaborateurs n’ont aucune idée de la stratégie globale de l’entreprise, du chemin sur lequel elle s’engage ? Combien de managers estiment que le « petit personnel » n’a pas besoin de tout savoir pour (bien) travailler. Comme avec l’exemple de l’avion, donner du sens permet de mieux mobiliser les énergies au lieu d’en perdre à se demander pourquoi l’on fait telle ou telle chose.

Qui a t'il de pire qu'un boss qui vient nous voir pour nous dire : "bon, ce que tu as fait, c'est bien, mais faut tout refaire" et de partir sans autre forme de cérémonie ?

Conclusion

Donner du sens est une chose assez simple au final. Il suffit de communiquer. Chaque manager, avant de le faire avec ses propres équipes doit se demander quel est le sens de sa propre action. Une fois qu’il le sait, de façon claire, il peut la communiquer. Mais formaliser ce genre de chose n’est pas forcément naturel, et c’est pourtant essentiel. Il faut, en permanence, en tant que manager ou managé se poser la question du sens de notre travail. Si l'on arrive pas à le définir, il est urgent d'en parler afin de clarifier ce point afin de ne pas risquer de se démobiliser.

Gaël Chatelain

#managementbienveillant #management #gaelchatelain #sens

Découvrez BoB, le pire manager du monde, en chansons...
spotify.png
deezer.png
loga apple.jpeg