La galanterie a t-elle sa place en entreprise ?



Mon Dieu... quel sujet clivant que celui-ci ! J'ai volontairement choisi cette image pour illustrer l'article, histoire de détendre le "débat". Non, je ne suis pas du genre à mettre ma veste sur une flaque d'eau pour qu'une femme puisse passer au sec... je suis galant mais bon... j'ai mes limites :-)

Etant en train d'écrire une conférence sur le sujet du sexisme en entreprise et l'égalité femmes/hommes, j'essaye de me faire une idée sur cette question en interrogeant les personnes autour de moi... force est de constater qu'il semble impossible de dessiner une tendance. Il y a de tout : celles et ceux qui pensent que la galanterie doit évoluer vers quelque chose de plus équilibré entre les hommes et les femmes, d'autres qui pensent que la galanterie est totalement ringarde et déplacée et d'autres enfin qui pensent que rien ne doit changer puisque qu'avant tout, la galanterie est affaire de respect envers la femme, meilleure barrière contre le sexisme. Bref : aucune opinion commune. Pauvre de moi qui doit essayer de m'en faire une (d'opinion).

Quand je ne sais pas quoi penser d'un sujet, j'essaye d'en comprendre les tenants et aboutissants.

Petit rappel historique : contrairement à ce que beaucoup pensent, la galanterie n'est pas née au 17ième siècle mais au 12ième avec un mouvement qui pourrait s'assimiler à #balancetonporc ! En effet, au temps des croisades, quelques Chevaliers partis pour porter la parole de la Bible étaient choqués de voir certains de leurs collègues considérer qu'il était normal de violer et d'assassiner des femmes dans les villages sous le seul prétexte qu'elles n'étaient pas croyantes. Influencés par les débuts de l'amour courtois, ils décidèrent de créer des règles (le début de la galanterie qui ne s'appelait pas encore comme cela) qui mettaient en avant que non seulement il ne fallait pas abuser des femmes mais que de plus, il fallait défendre celles qui étaient victimes de tels agissements... et oui, dans les relations hommes/femmes... on part de loin !

Ce n'est que plus tard, vers le 17ième, que la galanterie a évolué vers une notion plus proche de l'art de séduire.

Et nous passons petit à petit du #balancetonporc médiéval à Simone de Beauvoir qui dans "Le deuxième sexe" dit de la galanterie qu'elle n'est qu'une contrepartie hérité des sociétés patriarcales ayant pour finalité de maintenir la femme dans son état d'asservissement.... allez vous faire une opinion avec ça.

Et pourtant, dans le monde de l'entreprise, je pense qu'il est tout à fait possible de se faire une idée précise et consensuelle. J'ai bien conscience en écrivant ces mots que je commence à m'avancer sur un terrain miné, mais attendez avant de mettre un commentaire rageur :-)

Avant d'aller plus avant, il faut impérativement comprendre que les hommes galants ne sont pas nécessairement macho (l'inverse n'étant pas pas nécessairement vrai non plus) et qu'il est important à leurs yeux de l'être; typiquement la situation où deux désirs s'opposent : d'un côté le galant qui l'est par respect et/ou par plaisir, de l'autre, une femme qui considère qu'elle est assez grande pour tenir la porte ou payer son restaurant !

Je vais vous parler deux secondes de mon cas. J'ai été élevé par une mère qui a connu l'époque où une femme n'avait pas le droit de travailler sans demander l'autorisation à son mari (et non... ma mère n'est pas née à la préhistoire mais la loi changeant cela ne date que de 1965) ! Et c'est cette même femme qui m'a raconté que ce n'est que depuis 1907 en France que les femmes ont le droit de disposer de l'argent qu'elles gagnent en travaillant comme elles l'entendent, sans demander l'autorisation à leur mari, temps que sa grand-mère a connu. Et c'est cette même femme qui m'a éduqué dans le respect des femmes et m'a enseigné depuis mon plus jeune age qu'une des manières de montrer mon respect était d'inviter systématiquement les femmes. C'est ringard, vieux jeux, très mal perçu par certaines femmes et je le comprends... mais c'est mon éducation.

Mais c'est en pensant à tout cela que j'ai trouvé la clé. Le problème n'est pas l'acte, c'est son intention ! En quoi le fait que j'ai été éduqué comme cela devrait être un drame perçu comme un acte terriblement sexiste ? Et paradoxalement, je comprends tout à fait qu'il puisse être interprété comme tel.

La solution est simple et je l'ai encore utilisée ce matin lors d'un petit déjeuner d'affaire avec une femme : j'explique pourquoi il est important à mes yeux d'inviter et, en cela, je partage mon intention qui n'est nullement d'imposer une quelconque supériorité, ou d'attendre quoi que ce soit en retour. L'intention étant bonne, pourquoi s'en priver ? Alors certes, je suis obligé de parler de ma mère à chaque déjeuner d'affaire avec une femme mais que voulez-vous, je préfère encore être ridicule que de passer pour un macho.

Au même titre que les Chevaliers inventant sans le savoir ce qui allait devenir la galanterie avaient de bonne intention, il est évident que certains hommes, sous couvert de galanterie, sont effectivement des porcs. Galanterie n'est en aucun cas un gage de savoir-être avec les femmes, c'est certain. Mais la galanterie n'est pas l'ennemi à abattre. L'ennemi, ce sont les non-dits, les injustices, les inégalités ayant des conséquences sur le quotidien des femmes. Non, je ne pense pas que le fait de toujours monter devant une femme dans un escalier fasse de moi un monstre.

Je ne crois pas qu'il faille décréter que la galanterie soit ringarde ou pas mais il faut, éventuellement, la faire évoluer. Je vous donne un exemple intéressant et plus complexe qu'il n'y parait : les escaliers. La galanterie, en tant qu'homme, me dicte de devoir monter devant une femme histoire de ne pas avoir à résister à la tentation de regarder son postérieur, et de descendre ce même escalier devant elle afin qu'elle ne se fasse pas mal en cas de chute en me tombant dessus. Autant pour la descente, je peux comprendre, autant pour la montée, en quoi une femme aurait-elle plus le droit que moi de me reluquer l'arrière train ? Et c'est là qu'est la limite entre la galanterie et l'éducation/politesse ! Quand on est poli, on ne mate pas le postérieur d'un homme ou d'une femme quand on monte un escalier derrière elle/lui ou sinon, compliqué de monter à deux :-)

Je crois que dans ce débat, nous mélangeons trop souvent la galanterie et l'éducation. Ce n'est pas de la galanterie de regarder une femme dans les yeux plutôt que dans son décolleté... c'est de l'éducation (je vous promets, je ne vais pas vous reparler de ma mère).

Quelques évolutions de la galanterie adaptée au monde de l'entreprise ?

=> quand un homme tient des propos sexistes envers une collègue, lui faire remarquer et lui demander de ne plus jamais le faire (cf #balancetonporc du moyen age)

=> Quand il s'agit d'obtenir une promotion ou une augmentation : tenir la porte aux femmes plutôt que de leur claquer à la figure.

=> Quand il s'agit de prendre des notes dans une réunion, ne pas systématiquement demander à une femme autour de la table (statistiquement, dans 80% des cas, c'est le cas)

Après avoir lu des centaines de commentaires sur ce sujet, je crois que le seul terrain d'entente est celui de l'intention et de la différence entre nos comportements dans la vie privée et la vie en entreprise. Tout comportement est acceptable tant que l'intention est louable. Je suis désolé, mais personne ne m’empêchera de tenir la porte à une femme car mon intention n'est pas de montrer que je suis super balaise pour impressionner la dame mais juste que si je ne le fais pas, j'aurai l'impression de trahir l'éducation que j'ai reçue. Je sais qu'aux yeux de certain et de certaine cela peut paraître idiot mais à mes yeux, la bêtise est de ne pas comprendre que l'égalité femmes/hommes ne passe pas par le fait de savoir qui tient la porte mais plutôt par le fait que les femmes et les hommes se battent tous ensemble pour une égalité totale des salaires, des carrières et des chances. A force de vouloir cliver sur des sujets annexes, ne perdons pas de vue le sujet central !

CONCLUSION

Oui, la galanterie a sa place dans le monde de l'entreprise, sans aucun doute... tant que les intentions sont partagées de façon non équivoque entre les femmes et les hommes. Je ne veux pas d'un monde (qui existe dans certains pays) où l'on s’envoie gaiement la porte dans la tronche et où une femme enceinte fait la queue comme tout le monde à la cantine. Oui, la galanterie est un art de vivre à la française qui, culturellement montre la déférence due aux femmes. Si l'expression "les femmes et les enfants d'abord" existe, ce n'est pas parce que nous sommes macho, c'est juste parce que jusqu'à preuve du contraire, c'est a priori parce que nos mère nous ont porté 9 mois que nous sommes sur cette terre.

Ce qui est amusant, c'est que la règle de galanterie la plus admise par toutes et tous est probablement la seule qui ait une origine totalement sexiste. Savez-vous pourquoi les femmes sont servies en premier lors d'un repas ? Pour montr

er du respect ? Pas du tout ! Imaginez une table de Chevalier... grande... trèèèès grande. Les femmes sont servies en premier, le seigneur en dernier.... A votre avis, qui va manger froid ?

Gaël Chatelain


ATTENTION : places limitées

#sexisme #sexismeordinaire #galanterie #gaelchatelain

109 vues