Les 5 étapes à suivre pour obtenir une augmentation (presque) à coup sûr



Etre augmenté(e)... l'un des sujets qui peut bien nous occuper le cerveau quand on travaille. C'est vrai quoi, avoir un petit peu plus d'argent ne peut pas faire de mal dans l'absolu. Le problème, et nul besoin d'être un grand économiste pour comprendre le concept, une entreprise ne peut augmenter tout le monde de la même façon. Alors comment s'y prendre pour avoir une meilleure augmentation que la moyenne ? Aléatoire ? Non, je ne suis pas d'accord; obtenir une augmentation est pratiquement une science (oui... ok... j'exagère probablement un petit peu sur ce coup mais je ne suis pas loin de le penser). Je vous assure en tout cas que si vous suivez ces 5 étapes, vous augmenterez énormément vos chances d'obtenir ce que vous souhaitez et, je suis sympa, je ne demande même pas de pourcentage sur ce que vous obtiendrez ;-)

ETAPE 1 : préparez-vous

J'ai vu dans ma carrière trop de collaborateurs/trices débarquer dans mon bureau et me dire :

  • Gaël, je veux être augmenté(e)

N'étant pas du genre opposé par principe au concept d'augmenter quelqu'un, je demandais systématiquement le pourquoi de cette demande. Et bien figurez-vous que (trop) souvent, la réponse était la suivante.

  • ben... parce que je veux être augmenté(e).

Vous me l'accorderez, c'est un petit peu court comme argumentation. Avant de demander une augmentation, il faut impérativement vous préparer comme vous le feriez pour un entretien d'embauche. Dites-vous bien que votre boss va recevoir 10 fois la même demande que celle que vous vous apprêtez à faire et que donc, il va falloir qu'il fasse des arbitrages. Pourquoi vous augmentera t'il vous plutôt que votre collègue ? Si vous même n'êtes pas convaincu(e) de la pertinence de votre demande, il est peu probable que vous soyez convaincant(e). Il est hors de question que demain matin, sur le trajet pour aller au travail vous vous disiez "tiens, aujourd'hui, je vais aller voir mon boss et demander une augmentation ! Ne jamais, JAMAIS improviser, vous vous lancez dans une négociation.

ETAPE 2 : répondre à quelques questions

Ces questions, ce sont celles que ne manquera pas de se (vous) poser votre boss au moment de l'entretien. Ce sont des grands classiques mais il faut avoir des réponses concrètes, et efficaces :

1- pourquoi mériteriez-vous une augmentation ?

Une performance exceptionnelle ? Un énorme dossier que vous avez géré avec brio ? Une sur-activité temporaire ? Une implication hors du commun ? Vous devez trouver une légitimité à votre demande dans les performances que vous avez.

Très, TRES important : ne parlez que de vous. N'arrivez pas avec comme seul argument "ouaiiiis, je suis moins payé(e) que Jean-Jacques" et c'est pas normal. Vous n'avez pas tous les éléments justifiant le salaire de tel ou tel. La seule chose qui compte ici : c'est vous !

2- quelle est votre valeur sur le marché ?

Il peut arriver que votre salaire soit inférieur au salaire moyen sur le marché. Vous pouvez trouver ces données sur internet; s'il y a un décalage important entre votre salaire et le salaire moyen constaté, cela peut tout à fait suffire à légitimer votre demande. Dites-vous bien que votre boss connait cette valeur et ne sera pas surpris de votre demande si vous venez avec les bons chiffres.

3- Avez-vous vraiment besoin/envie de cette augmentation

Lorsque l'on demande quelque chose, il faut avant tout savoir pourquoi nous le faisons. La finalité n'est pas d'avoir un plus gros salaire mais bien de savoir ce que l'on va en faire. Votre valeur ne se calcule pas en euros. Par contre, si cette augmentation est fondamentale pour améliorer votre quotidien, financer un projet ou toute autre chose concrète, votre détermination n'en sera que plus grande.

"Ce n'est pas l'employeur qui paie les salaires, mais le client.” Henry Ford

4- que faites-vous si vous n'avez pas d'augmentation ?

La menace à la démission n'est jamais une bonne chose à faire. Par contre, vous devez savoir si vous tenez suffisamment à cette augmentation pour chercher un autre travail si jamais vous ne l'obtenez pas. C'est aussi une question d'amour propre. Si vous avez suivi les étapes précédentes et que vous êtes déterminé(e)... vous aurez cette augmentation, dans votre travail actuel ou le suivant, ailleurs : n'en doutez pas ! Une augmentation n'est pas un cadeau que votre entreprise vous fait, c'est un moyen utilisé pour vous fidéliser. Si vous méritez légitimement une augmentation et que vous ne l'obtenez pas, c'est que votre entreprise ne souhaite pas particulièrement vous fidéliser... alors pourquoi seriez-vous fidèle ? En tant que manager, je n'ai jamais eu aucun problème à dire à quelqu'un qu'il/elle n'allait pas être augmenté(e), en expliquant pourquoi. Il faut impérativement dans une telle négociation sortir de "l'émotionnel" pour être à 100% dans le champ du rationnel.

ETAPE 3 : l'entretien

Restez calme, rationnel(le), posé(e) et exposez votre argumentation en évitant absolument tout argument qui ne soit pas vérifiable. Dire "je suis excellent(e)" n'a pas le même impact que "j'ai augmenté mon chiffre d'affaire de 30% alors que la boite est restée stable". Je vous le rappelle, il s'agit d'une négociation. Plus vos arguments seront factuels et vérifiables plus il sera compliqué de vous contredire et de vous refuser cette augmentation. Alors je sais bien ce que vous pensez : peut-être l'entreprise n'a t-elle pas les moyens de m'augmenter. C'est vrai, cela peut arriver. Mais à ce moment, il est impératif d'obtenir un engagement concret de la part de votre boss. Si ce n'est pas possible aujourd'hui, quand cela le sera t-il, concrètement ?

ETAPE 4 : l'après entretien

Il faut impérativement laisser une trace de ce que vous vous êtes dit. Ce n'est pas parce que votre boss va oublier mais je vous rappelle que des demandes identiques, il/elle en a d'autres. Si vous souhaitez être choisi(e), soyez professionnel(le) jusqu'au bout. faire un petit mail commençant par "Merci beaucoup pour cet entretien enrichissant" (vous noterez l'ironie des mots utilisés) et dans lequel vous résumerez vos arguments, sans pour autant écrire un roman. Soyez synthétique et concluez par "j'espère que tu donneras suite à ma demande mais sache que ma motivation reste au maximum et que je souhaite m'impliquer de la sorte pour les années à venir".

ETAPE 5 : dire merci

Choisir d'augmenter quelqu'un n'est pas anodin. Quand vous êtes boss, vous arbitrez entre plusieurs personnes, parfois de qualité très proche. Si c'est vous qui êtes choisi(e), n'oubliez pas de remercier la personne qui a décider de le faire. Parfois, l'ingratitude des équipes peut être blessante et, surtout, laisser des traces pour d'autres choix à venir. et croyez-moi, je vous parle d'expérience.

CONCLUSION

Ca semble simple, non ? Et bien j'ai un secret pour vous : ça l'est. Le premier problème en France est que l'argent est un sujet tabou. La première raison pour laquelle nous n'obtenons pas d'augmentation est que bien trop souvent, soit nous n'osons pas la demander, soit nous ne la demandons pas parce que cela nous semble évident au regard de nos performances que nous allons l'obtenir. Les deux excuses sont d'une incroyable efficacité pour ne jamais être augmenté. Si vous êtes boss, vous n'allez clairement pas privilégier quelqu'un qui ne fait pas connaitre ses souhaits; ce n'est pas pour céder à la facilité, c'est juste parce qu'un boss ne peut lire dans les pensées de toutes et de tous. Il faut parfois l'aider un petit peu !

Gaël Chatelain



Vous souhaitez que je fasse une conférence dans votre entreprise ? Les informations sont ici.


#gaelchatelain #managerbienveillant #manager #bienêtre #augmentationdesalaire #augmentation #négociersonsalaire