Les 5 pensées négatives à éradiquer pour être (plus) heureux/ses au travail



Vous savez, nous ne sommes que des êtres humains... pas Superman ni Wonder Woman. Et pourtant, nous nous mettons une pression de dingue pour être au top en permanence. La semaine dernière, je vous parlais de nos défauts et comment ces derniers pouvaient être un véritable atout pour notre carrière. J'ai eu beaucoup de commentaires sur cet article. Des sympathiques, des qui l’étaient nettement moins, des commentaires dubitatifs ou des franchement convaincus. Mais, dans tous les cas, j’ai bien vu que cette question des défauts était importante. Et je sais à quel point c’est difficile de lutter, pour ne pas dire assumer, nos défauts. Et c’est pour cela que cette semaine, je voulais vous donner des moyens très concrets pour vivre mieux au quotidien avec vos travers. Alors attention je ne vais pas vous transformer en femme ou en homme parfait(e), je n’aurai jamais cette prétention, mais par contre je vais vous proposer cinq moyens pour lutter contre vos pensées négatives. Ce ne sont pas vos défauts qui vous empêche d’avancer ; ce sont les pensées négatives qu’ils génèrent.

1-Je ne suis pas reconnu(e) à ma juste valeur

Que ce soit par notre boss, notre équipe, nos pairs, le besoin de reconnaissance et quelque chose de central dans notre motivation. Je ne dirai jamais le contraire ; c’est hyper sympa quand notre travail est reconnu. Mais, franchement, vous ne trouvez pas très risqué de tout baser sur la bienveillance de votre entourage ? Je vous propose un petit exercice. Tous les jours, en fin de journée, notez dans un cahier la chose donc vous êtes fier(e) aujourd’hui. Quelque chose que vous avez bien réussi au travail. Travailler avant tout l’estime de soi, apprendre à s’envoyer des fleurs, avant que quelqu’un ne vous en offre. Je vous assure, c’est plus rapide ! Vous verrez, petit à petit, vous serez de plus en plus positif(ve). Et, comme par magie, votre entourage le verra ; c’est aux personnes positives que l’on envoie des fleurs, jamais aux personnes qui doutent.

2-Ma vie tourne autour de mon travail

Je rencontre de plus en plus de personnes qui sont angoissées du fait de leur sentiment que tout tourne autour de leur travail. Vous savez, «métro, Boulot, dodo. » Je dois bien dire que c’est souvent vrai. Mais que fait-on pour lutter contre cela ? À quel moment prend on le temps de s’occuper de nous ? Uniquement de nous ! Il ne doit pas se passer une seule journée sans que vous ne fassiez quelque chose pour vous, uniquement pour vous ! Lire un livre, méditer, faire du sport, regarder une série, appeler un ami… vous devez chaque jour garder au minimum 30 minutes rien que pour vous, mais surtout en être vraiment conscient(e). Si vous nous faite pas cela, effectivement, vous n’êtes qu’au service des autres et vous disparaissez. Pour se sentir bien dans sa peau, une toute petite dose d’égoïsme, c’est bon pour le moral.

"La vie, ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre à danser sous la pluie" Sénèque

3-Je n’apprends plus rien

Au bout d’un certain temps dans un travail, il est naturel d’avoir le sentiment de ne plus rien n’apprendre. J’ai rarement vu quelqu’un se satisfaire de cela. C’est ennuyeux de ne plus rien apprendre même si l’on est devenu expert de sa tâche. C’est quelque chose que j’ai toujours fait dans ma carrière ; dès que je tournais en rond, je réfléchissais est-ce que je pourrais faire d’autres, comment je pourrais sortir de ma zone de confort. Dès que j’avais une idée, j’en parlais à mon boss. Parfois ça marche, parfois non, Mais dans tous les cas j’avais l’impression d’avoir grandi.

4- Je n’aurai jamais de promotion

Le découragement ne vient que d’une seule chose : le manque d’estime de soi. Avant de baisser les bras, posez-vous une question : pourquoi ne pourriez-vous pas réaliser vos rêves ? J’ai beaucoup écrit à ce sujet et j’en suis arrivé à une conclusion relativement simple : nous avons peur. Je ne dis pas qu’il suffit de vouloir pour pouvoir mais par contre une chose est absolument certaine : si on ne se bat pas pour quelque chose, on ne l’obtiendra jamais. Toutes les statistiques le montre, ce sont les personnes qui demandent qui obtiennent… le meilleur exemple étant les augmentations de salaire.

Si vous vous sentez coincé(e) dans votre poste actuel, demandez-vous quel serait votre poste de rêve. Peut-être qu’il n’existe pas dans votre entreprise actuelle auquel cas, commencez à le chercher… ailleurs. À force de rencontrer un grand nombre de personnes que ce soit dans mes conférences ou en tant que consultant j’en suis arrivé à une conclusion toute simple : nous n’exploitons qu’une toute petite partie de notre potentiel. Il ne tient qu’à vous de le faire ! Et vous verrez, rien que le fait de commencer à lancer le mouvement va vous mettre de bonne humeur du matin au soir !

5-Je n’ai le temps de rien faire

Je ne sais pas vous, mais il m’est arrivé avoir le sentiment de ne plus avoir la maîtrise de mon propre temps. Entre le travail, la famille, les transports il ne me restait pas une minute pour moi. Mais ça, c’était vrai jusqu’au moment où je me suis aperçu que je me mentais à moi-même. Chaque jour, je faisais des choses qui n’étaient absolument pas fondamentales pour moi. Je disais : «je n’ai pas le temps d’écrire !» et pourtant, par exemple, je regardais « l’amour est dans le pré ». C’est une question de choix, d’arbitrage. Nous avons toutes et tous quelque chose en commun : nos journées ne font que 24 heures. Certaines choses sont impératives d’autres, optionnelles. Faites la liste de ces choses optionnelles et demandez-vous si vous optimisez votre temps en fonction de ce que vous voulez vraiment. Une fois que c’est fait, remplacez quelques choses d’inutiles pour quelque chose qui vous tient à cœur véritablement. Depuis que j’ai pris conscience de cela… je ne regarde quasiment plus jamais la télévision, question de priorité.

Conclusion

Il n’y a pas de recette pour être heureux. S'il y en avait une, ça se saurait. Par contre, chasser nos pensées négatives ne peut avoir qu’un impact positif sur notre bien-être. Je ne suis pas très fan du « French bashing » et pourtant, Il faut bien le reconnaître, nous aimons bien râler. Je peux vous le garantir, à force de rencontrer un très grand nombre de personnes, qu’à partir du moment où l’on ne se met en mode « action », tout va mieux. La pensée positive n’est pas un concept fumeux. Se dire que l’on peut tout faire, tout obtenir, c’est la première étape pour le faire. Alors, vous, vous commencez par quoi ?

Gaël Chatelain



Vous souhaitez que je fasse une conférence dans votre entreprise ? Les informations sont ici.


#gaelchatelain #managerbienveillant #manager #bienêtre #positif

4,903 vues