Comment booster votre propre motivation ?



Avec cette crise, la motivation de toutes et de tous a été mise à mal. La semaine dernière je donnais des clés aux managers pour motiver leur équipe durant un webinaire, mais que faire si notre propre manager n’est pas le plus motivant de la planète ? Et oui, nous le savons, tous les managers ne savent pas motiver. Certains sont même passé maîtres en matière de démotivation. Même dans ce cas-là, tout n’est pas perdu, heureusement.

Il m’est arrivé dans ma carrière d’avoir un manager dont le métier semblait être de démoraliser ses troupes du matin au soir. Si c’est votre cas actuellement, deux chemins s’offrent à vous :

1-   La résignation. Bon, baisser les bras peut être tentant, mais une chose est certaine en choisissant cette voie : rien ne changera.

2-   L’acceptation et l’action. Être dans le déni et l’inaction ne sont pas plus efficace que la résignation. Pour autant, tomber dans le « yakafautkon » n’est pas tellement plus efficace… alors, concrètement comment faire.


Pour booster sa motivation, j’ai identifié 5 étapes.


1-   Analyser la situation

Imaginez que vous êtes en train de vous noyer. La première chose pour s’en sortir n’est pas de se mettre à nager comme un dingue. Non… il faut avant toute chose savoir dans quelle direction il faut aller. Nager comme un dingue en allant vers le fond, vous conviendrez que, certes, vous avancerez, mais vous ne ferez qu’empirer la situation. Il est important de comprendre précisément ce qui vous démotive, et de le verbaliser. Dire « mon boss est nul » n’est pas suffisant. Tant que vous ne saurez pas précisément ce qui vous tire vers le bas, il sera plus complexe d’aller vers le haut. Analyser la situation, c’est d’écrire précisément, avec le plus de détails possible, ce qui ne vous convient pas.

En termes de motivation, ce qui est fondamental dans un second temps, c’est d’identifier quels sont vos leviers et moteurs de celle-ci. Pourquoi travaillez-vous là où vous travaillez ? Quel est le sens que vous donnez à votre travail ? Pour certaines personnes, ce sera la fierté de participer à une mission plus grande que soi, pour d’autres, la fierté d’appartenance à une entreprise ou, pour d’autre, le fait de gagner sa vie. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse à la question du sens.


2-   Agir sur les leviers

Si votre analyse de la situation est bien faite, vous avez désormais à votre disposition la boite à outil parfaite. D’un côté, tout ce qui vous tire vers le bas (les poids), d’un autre, tout ce qui vous boostera (les boosters). Ces deux éléments agissent comme une balance. Pour booster votre motivation, il existe plusieurs méthodes :

a-    Réduire les poids et garder les boosters à un niveau identique

b-   Garder les poids au même niveau mais augmenter les boosters

c-    Réduire les poids et augmenter les boosters


La troisième solution est, vous vous en doutez, la plus efficace, mais il n’est pas toujours simple d’agir sur tous les éléments en même temps. Vous devez choisir les leviers les plus simples à activer en premier. Je me rappelle d’une époque où ma motivation n’était pas au top. Mon manager, en plus d’un travail pour lequel j’avais perdu mon intérêt, était extrêmement agressif avec son équipe, et moi. Cela me plombait littéralement le moral. J’avais la boule au ventre chaque matin en allant au bureau. J’ai choisi d’agir en premier sur ce poids en lui parlant très franchement et en exigeant qu’il ne soit plus agressif à mon égard s’il voulait que je reste. J’étais un peu naïf de penser que cela allait marcher, mais j’étais vraiment à bout… contre toute attente, cela a fonctionné. Une fois ce poids supprimé, j’ai pu avancer beaucoup plus vite pour retrouver ma motivation.


Prenez la liste de vos boosters et de vos poids et décidez sur lesquels vous agirez en priorité. Pour certains, cela se fera en un instant ; pour les autres, prenez tout le temps nécessaire.

"La vie c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre." Albert Einstein

3-   Augmenter le nombre de boosters

Heureusement, le nombre de choses qui nous motivent n’est pas fixé ad vitam. Parfois, nous vivons des choses sans véritablement avoir conscience de l’impact qu’elles ont sur nous. Là, il s’agit d’ajouter consciemment des éléments pour se motiver. Un exemple ? Vous snoozez tous les matins et avez du mal à sortir de votre lit ? Créez une routine de réveil qui vous plait. Dès que votre réveil sonne, sortez de votre lit pour faire quelque chose que vous aimez vraiment. Cela peut être n’importe quoi. Aller à la boulangerie vous acheter un pain au chocolat, faire du yoga, vous presser un jus d’orange… peu importe. Mais créer cette routine sera un élément additionnel de motivation.


4-   Réduire sa propre charge mentale

Quotidiennement, nous avons des poids qui nous encombrent l’esprit et nous empêchent de nous consacrer pleinement à ce que nous faisons, de façon positive. C’est un petit peu comme pour un ordinateur, il y a un logiciel qui est visible sur l’écran et tous les autres programmes qui continuent à tourner en arrière-plan et qui ralentissent la machine. Pour un être humain, lorsque l’on est au travail, ces logiciels qui continuent à tourner en tache de fond, ce sont souvent des questions personnelles : les enfants, son compagnon ou sa compagne, le dîner du soir à préparer, les courses à faire. Toutes ces petites choses qui, si elles ne sont pas gérées, auront des conséquences négatives sur notre quotidien. Le meilleur moyen pour se les sortir de la tête et avoir toute sa capacité de concentration ? Faire une liste de tâches. Oui, c’est très vieille école, mais cela fonctionne. Savoir que sans aucun doute possible vous n’oublierez rien puisque c’est noté vous permet pour un temps de réduire cette charge mentale qui nous pourrit la vie.


5-   Se complimenter chaque jour

Vous ne serez jamais aussi bien servi que par vous-même ! Chaque jour, en fin de journée, complimentez-vous pour une chose que vous avez faite dans la journée et dont vous êtes particulièrement fier(e). Faites de ce rendez-vous quotidien une routine positive. Cela n’a pas à être une grande chose, après tout, nous n’inventons pas la théorie de la relativité tous les jours, mais il ne se passe pas une seule journée sans pouvoir se dire « ça, j’en suis particulièrement fier(e) ». Nous avons tendance à être très durs avec nous-même. D’une certaine manière, nous sommes notre meilleur ennemi et il est fondamental non seulement d’en avoir conscience, mais également de lutter contre cet ennemi.


Conclusion

Je ne vous dirais jamais le contraire, travailler dans un environnement stimulant, avec une hiérarchie motivante, c’est le top. Et si c’est votre cas, rien ne vous empêche d’appliquer ces règles, cela ne sera que bénéfique. Si ce n’est pas le cas, je ne vous promets pas que tout devienne rose du jour au lendemain, je ne suis pas naïf à ce point. Cependant, vous verrez que, progressivement, vos pieds seront moins lourds pour aller travailler. Il existe d’autres moyens, bien entendu, mais un article n’est pas un livre comme on dit ;-) Pour en savoir plus, vous pouvez assister à mon webinaire totalement consacré à ce sujet.


Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Faut-il toujours sourire au travail ?

2- Comment être crédible au travail ?



Vous souhaitez que je fasse une conférence ou un séminaire dans votre entreprise ?

Les informations sont ici. Pour les webinaires, c'est par ici.


MES LIVRES



Découvrez BoB, le pire manager du monde, en chansons...
spotify.png
deezer.png
loga apple.jpeg