Les 5 clés de la confiance en soi



Je rencontre un grand nombre de personnes qui doutent d’elles-mêmes. A chaque fois, cela me touche profondément car je suis passé par là, pendant des années. Alors, ne vous méprenez pas dès la première phrase, je ne suis pas du genre à ne jamais douter mais, par contre, mes doutes ne me paralysent plus. Souvent, les gens font la confusion entre confiance en soi et absence de doutes. Pour ne pas avoir de doutes, jamais, il faut au choix être un sacré mythomane ou un psychopathe. Les doutes, c’est ce qui fait que l’on se pose les bonnes questions, j’ai d’ailleurs traité ce sujet dans un autre article. Mais alors, comment faire pour douter… et avoir confiance en soi ? Cela tient en cinq points :


1-   Apprendre à aimer ses échecs

La peur de l’échec est l’une des toutes premières causes du manque de confiance en soi. Et bien : aimez vos échecs. J’adore ce proverbe chinois qui dit que ceux qui réussissent sont ceux qui sont tombés cinq fois et se sont relevés six. Un échec, c’est une formidable opportunité d’apprendre, de progresser, d’améliorer ses armes et ses connaissances pour que la prochaine fois, vous réussissiez.

Bien sûr, réussir du premier coup, c’est génial… mais c’est rare ; alors mieux vaut intégrer la notion d’échec dès le début et de se dire, comme Nelson Mandela le disait que quel que soit l’issu de l’une de ses actions, soit il réussit, soit il apprend !


2-   Identifier ses points forts

Personne n’est Superman ou Wonderwoman, ça, nous le savons bien. Nous avons toutes et tous des défauts et, généralement, nous les connaissons plutôt bien. Il est temps de positiver un petit peu et de se regarder objectivement dans une glace pour identifier également ses qualités et ses forces. Prenez une feuille et notez vos trois forces, celles qui vous définissent le mieux. Une fois que cela est fait, gardez-les en tête en permanence et ne passez pas une journée sans utiliser chacune d’entre elle. Les jours qui vont minent votre confiance en vous, ce sont ceux qui vous font sortir de votre zone de confort, là où vous ne pouvez utiliser vos forces. Petit à petit, vous n’aurez plus une seule journée comme celle-là. Et cela ne passe pas forcément par de grandes choses ; il suffit d’avoir conscience que vous utilisez l’une de vos forces pour que votre niveau de confiance augmente petit à petit.

“Si tu cherches encore cette personne qui changera ta vie, regarde-toi dans le miroir” Roman Price

3-   Se rappeler de ses succès

Nous avons, nous êtres humains, une terrible tendance à mieux retenir nos échecs que nos succès, le négatif plutôt que le positif. Luttez contre cela et faîtes-vous un carnet de vos succès. Chaque jour, notez ce dont vous êtes le/la plus fière. Encore une fois, inutile que ce soit le fait d’avoir escalader le mont Everest. Les petits ruisseaux font les grandes rivières comme on dit. Vos petits succès, les uns après les autres, vous aiderons à construire suffisamment de confiance pour aller chercher les grands… encore faut-il ne pas les oublier alors… notez les et, de temps en temps, relisez-les. Vous verrez que sans le vouloir, vous en aurez oublié et cela vous fera un bien fou de vous en souvenir.


4-   Ne jamais se comparer

On trouve toujours plus brillant, plus fort, plus intelligent ou plus beau que nous et je ne sais pas vous, mais quand on n’a pas un moral au top, ça n’aide pas de savoir qu’il y en a qui nous dépassent largement. La confiance, c’est en nous qu’il faut la chercher, et la trouver ; c’est une tache solitaire et il faut essayer d’être le plus objectif possible. Si vous n’avez jamais réussi à faire un jogging pendant plus de deux kilomètres, cela ne sert à rien de vous comparer au champion olympique du marathon. Ce qui est important, par contre, si vous souhaitez progresser, c’est de constater qu’après un mois d’entrainement, vous pouvez courir cinq, puis 6 puis 1à kilomètres. Ce sont les progrès que vous faites qui sont importants, en prenant comme point de départ la personne que vous êtes, pas celle que vous pourriez être !


5-   Se fixer des objectifs atteignables

Pour continuer sur l’image de la course à pied, je ne doute pas que vous pourriez être champion(ne) olympique du marathon. Cela étant dit, si vous vous fixez cela comme objectif, il va falloir vous armer d’une patience surhumaine ! Se fixer des objectifs atteignables, c’est motivant et cela booste la confiance en soi.

Si je prends cet exemple de la course à pieds, c’est parce que c’est quelque chose que j’ai fait. Je courrais avec la même aisance qu’un fer à repasser il y a quelques années. Je voulais impérativement pouvoir courir tous les jours cinq kilomètres. Ne me demandez pas pourquoi, c’était mon objectif. J’ai pris mon temps, j’y suis allé progressivement, sans me faire (trop) violence et aujourd’hui, chaque semaine, j’améliore mon temps sur ces cinq kilomètres, en courant, alors qu’au début, je faisais la moitié du parcours en marchant.


Conclusion

La confiance en soi donne des ailes ; je sais, c’est une évidence mais je lis trop de bêtises sur ce sujet qui vont essayer de vous faire croire que c’est une mission longue et complexe pour arriver à reprendre confiance en soi. N’écoutez pas ces gens. Nous avons toutes et tous potentiellement confiance en nous-même et, je l’affirme, il suffit de le décider pour commencer le chemin qui vous mènera à cette confiance. Les limites les plus dures et féroces que nous avons dans notre vie, ce sont souvent celles que nous nous fixons. Si vous voulez que cela change… décidez le !


Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Je doute, donc je suis un grand pro !

2- Les 4 pensées positives à avoir chaque jour pour (re)devenir optimiste


Vous souhaitez que je fasse une conférence ou un séminaire dans votre entreprise ?

Les informations sont ici.


MES LIVRES