Sans management, pas de talents !!!



Grâce à mon métier, j’ai la chance de rencontrer un grand nombre d’entreprises. Faisant appel à moi, généralement, pour ces entreprises, la qualité de vie au travail n’est pas un concept vague uniquement réservé à quelques start-ups new âge mais un véritable outil de bien-être et de performance. Beaucoup d’entre elles mettent en place de vraies stratégies de QVT.


Et pourtant, pour nombre d’entre elles, le raisonnement ne va pas jusqu’au bout. En effet, il ne suffit pas d’avoir un accord genialissime de télétravail, d’avoir des locaux modernes et agréables à vivre ou des avantages salariaux uniques pour faire venir mais surtout fidéliser les talents, qu’ils soient jeunes ou plus âgés. Et oui, l’humain est essentiel en la matière et travailler sur la qualité de vie au travail sans se poser la question de la qualité du management, c’est un coup d’épée dans l’eau, rien de plus.


 Et oui, sans management de proximité de qualité, aucun talent ne restera. Pourquoi ?


1- un talent à le choix

Pensez-vous réellement que quelqu’un qui a le choix restera dans un environnement dans lequel son manager direct est mal aimable ou ne fait aucun feed-back ? L’une de mes conférences les plus intéressante avant l’été, je l’ai faite à des patrons de bars qui avaient des problèmes de recrutement... et oui, ce secteur ne connaissant pas la crise, un(e) serveur(se) n’hésitera pas à changer de crèmerie s’il/elle se fait hurler dessus chaque jour. La bienveillance au quotidien est un outil de fidélisation. Ainsi, au-delà d’espaces de pause conviviaux, de salaires corrects, ces patrons de bars se sont posé la question de l’humain : comment peuvent-ils, individuellement, donner envie que l’on travaille pour eux plutôt que pour leur concurrent.


Et c’est là une question que chaque manager devrait se poser : en quoi suis-je motivant pour mes équipes ?


2- un talent est exigeant

En début de carrière, il est difficile d’identifier ce qui est normal de ce qui ne l’est pas. Je vois beaucoup de jeunes collaborateurs ou collaboratrices un tantinet désemparés face à un manager qui n’a de manager que le titre mais qui se disent qu’ils n’ont pas trop le choix… que c’est comme ça et qu’il faut s’y habituer.


Mais plus le temps passe, plus nous savons que le monde de l’entreprise n’a aucune raison d’être différent de notre vie personnelle : dire bonjour, merci, être à l’heure, ne pas être grossier... autant de chose que nous faisons naturellement dans notre vie personnelle et que nous oublions parfois au travail. L’expérience grandissante réduit le niveau d’acceptation de ces incivilités. Plus de 50% des démissions sont imputables au management direct, cela montre l’importance du sujet.


Par ailleurs, l’impact fondamental des réseaux sociaux fait que tout le monde parle, échange sur telle ou telle entreprise. Chaque manager a un impact significatif sur l’image que son entreprise donne. J’ai en tête un certain nombre d’entreprises qui n’ont pas idée de ce qui se dit à leur propos alors qu’en façade, tout à l’air d’aller bien. Le talent est exigeant mais… il est également influent !

"Sans ambition il n’y a pas de talent." Nina Berberova 

3- un talent sait ce qu’il veut

Souvent, le mauvais manager pense avoir raison sur tout, tout le temps. Confronté à quelqu’un de talentueux, il peut passer en mode défensif et considérer ce dernier comme une menace potentielle pour son propre poste. Or, un bon manager ne devrait demander que cela : être entouré de gens qui pourraient tous et toutes prendre sa place un jour. C’est ainsi qu’une entreprise saine fonctionne : toutes et tous apprenons chaque jour. Le rôle d’un manager est de faire grandir ses équipes dans leurs compétences, quitte à parfois former des collaborateurs et collaboratrices qui les dépassent. C’est, je crois, l’une des beautés de ce travail. Un manager qui n’aurait pas cela à l’esprit va brider les talents, empêcher qu’ils s’épanouissent et, bien entendu, cela les poussera à aller voir ailleurs.


4- Un talent n’est pas idiot

Cela semble stupide de le rappeler mais je constate que, parfois, la notion d’autonomie donnée aux salariés est une sorte de mystère pour certains managers. L’autonomie, qui va de pair avec un droit à l’erreur donné de façon sereine, c’est l’une des raisons qui donne envie de rester dans une entreprise. Trop d’infantilisation est démotivante car elle est la négation même du talent.


5- un talent veut apprendre

Faire du feedback, redescendre l’information, partager une partie de son « pouvoir » sont des missions essentielles du managers. Trop souvent, ces derniers passent beaucoup de temps en réunion et peu avec leur équipe qui, elle, n’attend que cela. La moyenne française pour un manager est de 24 jours de 24 heures passés en réunion chaque année au lieu de s’occuper à former, à partager les décisions… bref, à créer une cohésion d’équipe basée sur l’échange, la confiance et la bienveillance.


Conclusion

Nous vivons une période absolument extraordinaire. Oui, je n’ai pas peur des mots. Pour la première fois depuis que je travaille, la qualité du management est un enjeu majeur. En effet, je rencontre un grand nombre d’entreprise qui n’arrivent plus à recruter car, du fait du ralentissement de la crise, les candidats ont le choix. Dans la vie, plus le choix est grand, plus les critères de choix sont précis.


Lorsque j’étais jeune diplômé de mon école de commerce, en 1992, la première crise majeure de l’emploi battait son plein. J’exagère à peine en disant que mon critère principal était de trouver un boulot qui puisse payer mon loyer. Désormais, c’est de moins en moins le cas et souhaitons que cela continue comme cela pendant longtemps car cela voudrait dire que le chômage de masse est un lointain souvenir. Pour les cadres, ce taux de chômage est de 3.5%... le plein emploi. Autant vous dire que, comme le disait ma grand-mère, grande philosophe devant l’éternel, aucune entreprise n’attirera des talents avec du vinaigre et elle devra de plus en plus faire monter le niveau d’exigence vis-à-vis de ses managers en termes de relations humaines. Et ce qui est formidable, c’est que tout le monde a à y gagner !


Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Managers : 3 clés pour donner du sens au travail de votre équipe

2- Et si son recrutait... autrement ?


Vous souhaitez que je fasse une conférence ou un séminaire dans votre entreprise ?

Les informations sont ici.


MES LIVRES





1,216 vues