top of page

Les Salariés Aidants : Un Défi Invisible pour le Monde du Travail


Image montrant la direction de la motivation


🔥🔥 Pour écouter la version audio ou regarder la version vidéo de cet article =>>> https://lnk.to/DiUstP 🔥🔥


La récente discussion sur LinkedIn autour des salariés aidants, soulignée par un sondage édifiant, met en lumière un aspect souvent négligé du monde du travail.


Il y a eu tellement de témoignages touchants mettant en avant à quel point être un salarié aidant est compliqué à vivre. Émotionnellement, bien entendu, mais également physiquement. Pour les salariés aidants, c’est double, pour ne pas dire triple journée.


En France, 15 millions de personnes sont des aidants, avec 53% d'entre eux qui exercent également une activité professionnelle. Ce chiffre révèle une réalité surprenante : 1 salarié sur 5 est également un aidant. Malgré cette proportion significative, le sujet reste largement tabou en entreprise comme le montre le résultat du sondage réalisé en partenariat avec Edenred France la semaine dernière :


Oui, je m’en doutais quand Edenred France m’a proposé de parler de ce sujet, il y a encore un énorme tabou sur le sujet des salariés aidants… mais à ce point, je ne pouvais pas l’imaginer. Vous vous rendez-compte, quand vous prenez l’ascenseur dans votre entreprise, statistiquement, si vous êtes 5 dans celui-ci, il y a un aidant !


Si cet article peut aider à faire parler dans l’entreprise… j’en serais heureux ! Et si vous aussi vous trouvez que cette « cause » mérite de l’attention, n’hésitez pas à en parler autour de vous, ou à partager cet article.


1- Les Réalités des Salariés Aidants


Être un aidant, c’est avoir une charge mentale en permanence au maximum. Il n’y a quasiment jamais de répit, que ce soit dans sa vie professionnelle ou sa vie professionnelle. Et cela est d’autant plus vrai quand votre entreprise ne sensibilise pas à la question des aidants.


Comme le dit très bien Sigrid Jaud, la co-fondatrice des « Aidantes & Co » (Agence conseil d'accompagnement des entreprises et de leurs salariés aidants), « quand vous êtes un.e aidant.e.s, vous n’avez plus de temps pour vous, plus un instant pour vous reposer ».


Et d’ailleurs, ce n’est pas, de ce fait, surprenant que ces salariés aidants soient plus sensibles au burn-out !


2 : L'Impact sur le Bien-être et la Productivité

Une étude IPSOS a montré que 79 % des aidants témoignent des difficultés à concilier vie professionnelle et rôle d’aidant et 72 % estiment que ce rôle a des répercussions négatives sur leur capacité de concentration et leur efficacité.


Je ne suis pas aidant, et il est clair qu’à la fin de certaines journées, je n’ai qu’une envie : ne rien faire ! Et j’en ai besoin ! Eh bien quand on est aidant, ces plages de repos n’existent pas et, bien entendu, cela a un impact sur la productivité. C’est ce que Sigrid Jaud appelle la double peine : des contraintes additionnelles personnelles qui ont un impact sur la vie professionnelle. Car au-delà de sa fatigue, le fait d’être aidant peut occasionner des retards et si jamais le fait d’être aidant est tenu secret dans l’entreprise, ces retards seront interprétés comme un manque de professionnalisme. Vous admettrez que cela doit être difficile à vivre !


Et, être aidant, au-delà de son bien-être psychologique, cela a parfois, pour ne pas dire souvent, des impacts financiers significatifs ( frais médicaux, transport etc etc)


3 : Le Silence des Entreprises


Avec 76% des entreprises n'ayant jamais abordé le sujet des salariés aidants, cela souligne un manque significatif de reconnaissance et de soutien pour un segment important de la main-d'œuvre. Ce chiffre est d'autant plus frappant quand on sait que les aidants représentent une partie substantielle de la population active. Cette absence de dialogue et de mesures adaptées peut avoir un impact considérable sur le bien-être et la productivité de ces employés, qui jonglent entre responsabilités professionnelles et engagements personnels.


Alors certes, le fait que 13% des entreprises aient abordé le sujet de manière récurrente montre qu'il y a une prise de conscience, bien que limitée. Cela indique une évolution positive, bien que lente, dans la manière dont les entreprises perçoivent et gèrent les besoins des salariés aidants.


Cependant, il est crucial que davantage d'organisations prennent exemple sur ces précurseurs et développent des politiques et des pratiques inclusives pour soutenir ces travailleurs. En reconnaissant et en répondant aux défis uniques auxquels font face les salariés aidants, les entreprises peuvent non seulement améliorer la qualité de vie de leurs employés, mais aussi renforcer leur propre culture et efficacité organisationnelles.


4 : Des Pistes de Solutions

Lever le tabou, cela commence au sein de chaque équipe, en parlant librement du sujet. Si vous êtes manager d’une équipe de 5 personnes, dites-vous qu’il y a probablement un ou une aidante. En parler librement au sein de l’équipe, peut-être en adaptant certaines organisations quotidiennes, c’est déjà énorme.


Ensuite, bien entendu, l’entreprise peut agir. En sensibilisant dans un premier temps, en faisant appel à des organisations comme celles crées par Sigrid Jaud ou en mettant à la disposition des salariés aidants des moyens adaptés à leur situation.


Compliqué ? Non, pas nécessairement car cela commence dans un premier temps par plus de flexibilité horaire ! Parfois, avoir un jour de télétravail en plus est une évolution qui peut totalement changer une situation.


Ensuite, bien sûr, il me semble important pour une entreprise qui a conscience que sa première richesse, ce sont ses salariés, de tout mettre en place, y compris financièrement ou par des avantages facilitant le quotidien de ses salariés aidants. Offrir des titres CESU proposés par Edenred aux salariés aidants peut sans aucun doute donner des jours de repos à ces personnes si engagées au quotidien !


Enfin, en ces temps de difficultés pour recruter, toute entreprise qui intégrerait cette problématique dans sa politique RH montrerait à quel point elle est tournée vers l’humain. Oui, avoir une politique pour aider les aidants, c’est aussi bon pour l’image employeur !! Le profil des salariés aidants est un atout pour les entreprises. Qui ne souhaiterait pas avoir un salarié courageux.se, altruiste et généreux.se ? Oui, lors des entretiens de recrutement, le fait d’être un aidant devrait être considéré comme un atout, pas comme quelque chose à cacher !


Conclusion :

Nous sommes toutes et tous des aidants en puissance. Le vieillissement de la population ainsi que l’espérance de vie qui augmente fait que la proportion d’un salarié sur 5 est appelée à grandir et que ce sujet tabou ne va pas disparaître comme par miracle, bien au contraire.


Être aidant, c’est se mettre au service d'autrui… quoi de plus beau et admirable ? Je crois profondément qu’au lieu de les cacher, nous devrions toutes et tous considérer ces personnes comme des exemples à suivre et, dans la mesure du possible, de les aider selon nos moyens.

Pour les aidants, les CESU permettent + de libérer du temps en déléguant des tâches du quotidien à d'autres personnes.


Pour aller plus loin :

Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.



Comments


Avec Bob sur scène

L'AUTEUR
portrait g chatelain 1.jpg
Mes derniers livres
Capture d’écran 2023-04-03 à 13.20.29.png
009954074.jpeg
Capture d’écran 2021-02-09 à 08.50.14.
couv-BE (1).jpg
Le dernier épisode du podcast Happy Work
bottom of page