top of page

Twitter, restaurateurs malveillants… même combat ?


https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/

🔥 🔥 Pour écouter la version audio ou regarder la version vidéo de cet article =>>> https://lnk.to/IXRO3S 🔥 🔥


Je sais, le titre peut vous étonner, mais c’est suite au sondage réalisé la semaine dernière sur mon compte Linkedin qu’une évidence m’est apparue : la malveillance n’est plus tolérée, ni tolérable par les consommateurs que nous sommes.

Ce sondage, je l’ai fait suite à une table ronde faîte avec les représentants de #respectetacuisine à propos de l’importance changer les comportements dans le milieu de la restauration. Leur idée ? Changer ce qui semble être une forme de normalité dans ce secteur : harcèlement moral, sexuel, manque de bienveillance.

Oui, ce secteur n’a pas bonne réputation, à tort parfois, mais malheureusement, souvent, à raison. L’image du Chef hurlant sur son équipe ou moment du coup de feu, largement relayée dans les média, est loin d’appartenir au passé comme le prouvent les nombreux témoignages que j’ai pu recevoir.

Le sondage avait pour objectif de savoir si cela pouvait impacter votre choix en termes de restaurant… et bien la réponse est sans appel : à la question « Pourriez-vous ne pas aller dans un restaurant, aussi bon soit-il, si vous saviez que les salariés de celui-ci ne sont pas bien traités ? », sur les 5 387 personnes qui ont répondu, 72% répondent sans aucun doute, 16% probablement, et seulement 8% répondent « pas du tout »


Alors… quel rapport avec Twitter ? Eh bien la semaine dernière, j’ai participé à un mouvement, #quittwiter, qui consiste à fermer son compte Twitter pour montrer son désaccord quant au choix éditorial de Twitter (la totale libération de la parole) mais surtout, me concernant, la façon dont Elon Musk s’est débarrassé de plus de la moitié de ses salariés.

En quelques jours, plus de 3 500 personnes ont perdu leur emploi parfois en recevant un email, d’autres fois, en constatant que leur ordinateur ne pouvait plus se connecter aux serveurs de l’entreprise. Pas un entretien individuel, pas une explication. Alors certes, le droit social américain autorise cela, mais est-ce une explication suffisante et satisfaisante ?

Être malveillant en entreprise, car il s’agit bien de cela, est-il acceptable de nos jours ? Bien entendu, vous allez me répondre que non, et vous avez bien raison, mais le déclaratif n’est plus vraiment suffisant. Nous pouvons agir.

Le label Marianne de la Cuisine créé par #respectetacuisine, nous permettra d’identifier les restaurants vertueux, dans lesquels nous aurons la garantie que les salariés soient traités avec bienveillance, qu’ils soient en salle ou en cuisine. Et c’est grâce à ce type de label que nous, consommateurs, pourrons individuellement avoir un impact, non pas pour punir les restaurateurs malveillants, mais pour récompenser ceux qui le sont.

Oui, être bienveillant est rentable, et ce pour plusieurs raisons :

1- Attirer et garder les talents

L’image employeur, ce n’est pas qu’un concept. Dans un marché de l’emploi où il est de plus en plus difficile de recruter et de fidéliser, mieux vaut proposer un environnement de travail bienveillant, non ?

Qui aurait envie de travailler quotidiennement avec un Chef qui vous hurle dessus tous les jours, sachant que dans le restaurant d’à côté, tout se passe bien ? Qui voudrait travailler dans un établissement où seules les personnes en salle touchent des pourboires alors que dans celui d’à côté, ils sont partagés entre tous les membres du personnel ?

Eh oui, les salariés parlent entre eux et, surtout, le niveau d’exigence de ces derniers augmente. Si j’ai le choix entre plusieurs emplois, il est probable que je choisisse celui dans lequel je me sentirai le mieux, dans lequel je serai respecté et jugé à ma juste valeur.

De la même façon, qui aurait envie d’envoyer son CV chez Twitter sachant que son nouveau patron peut se séparer de vous avec un simple email ? Personne… bien sûr !

2- Optimiser la performance des salariés

Travailler avec la boule au ventre n’est pas chose facile. Cela m’est arrivé dans ma carrière et, clairement, ce n’est pas optimum.

Toutes les études le montrent, le bien-être des salariés est un élément absolument central de la performance. Travailler sous le régime de la terreur nous force à être performant, mais cela n’a qu’un temps ; travailler dans un environnement bienveillant, dans lequel je m’épanouis me donne envie de me dépasser.

Cela est d’autant plus important dans les secteurs où l’activité est très intense, très souvent, comme la restauration. La concentration est extrême pendant les coups de feu et il s’agit d’être en capacité de donner son maximum pendant le service, chaque jour. Garantir à ses équipes le fait de pouvoir avoir des week-ends, des soirées à soi fait partie des éléments désormais impératifs dans la restauration.

Paradoxalement, en apparence, c’est en permettant aux salariés d’avoir une meilleure vie privée qu’ils s’impliqueront plus dans leur travail. C’est l’un des objectifs de #respectetacuisine : changer les habitudes prisent depuis des années.

3- Booster son chiffre d’affaires

Franchement, ne serait-il pas plaisant de dîner dans un restaurant qui affiche dès son entrée l’obtention de son label Marianne de la Cuisine ? Dans ce restaurant, vous savez que tout le monde est bien traité, que les salariés bénéficient d’une véritable bienveillance, que les managers ont été formés à celle-ci.

La nourriture serait peut-être la même que dans le restaurant voisin qui lui n’a pas le label, mais en apprenant ce qui se passe en cuisine chez ce dernier, votre dîner aurait peut-être un petit gout amer.

Oui, ces restaurants qui feront le choix d’obtenir ce label auront un plus, un gros plus auprès de nous qui savons dans notre quotidien que le travail ne doit plus être une souffrance. À partir du moment où en tant que salarié je ne tolère pas certains comportements de la part de ma hiérarchie, je me vois mal donner de l’argent à une entreprise qui n’est pas en phase avec mes propres valeurs.

Et ce qui est valable avec un restaurant l’est également pour Twitter ou encore pour la Coupe du Monde au Qatar, non ?

CONCLUSION

Oui, nous avons un pouvoir : celui de faire changer les choses ! Se désabonner de Twitter, aller dans des restaurants labellisés par #respectetacuisine, ne pas regarder la Coupe du Monde au Qatar, cela peut sembler vain ou inutile. Ça ne l’est pas si nous sommes nombreux et nombreuses à adapter nos comportements de consommateurs à ce qui nous semble, à titre individuel, important dans notre vie professionnelle.

Pourquoi devrais-je payer un service produit par des personnes qui ne sont pas traitées comme MOI je souhaite l’être dans mon quotidien au travail ? Oui, le raisonnement peut sembler simpliste, mais il est loin de l’être. Utilisons notre pouvoir économique pour faire changer les choses et le quotidien de salariés qui ne vivent pas leur quotidien comme ils devraient le faire.

Alors… vous vous lancez ?


Et d'ailleurs, votre manager à vous, sit- il manager ? Pour le savoir, vous pouvez faire le test en ligne gratuit en cliquant ici.



Pour aller plus loin :



Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.



コメント


Avec Bob sur scène

L'AUTEUR
portrait g chatelain 1.jpg
Mes derniers livres
Capture d’écran 2023-04-03 à 13.20.29.png
009954074.jpeg
Capture d’écran 2021-02-09 à 08.50.14.
couv-BE (1).jpg
Le dernier épisode du podcast Happy Work
bottom of page