Les 10 comportements qui peuvent dégrader votre crédibilité au travail


Illustration :  @demaincommenceajourdhui / https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/


Nous le savons bien, notre niveau de crédibilité au travail est fondamental. Pour nous même d’abord, psychologiquement parlant, car il est toujours satisfaisant de savoir que l’on est respecté et reconnu pour le travail que l’on fait, mais également pour notre place dans l’entreprise.


Il faut bien avoir en tête que notre crédibilité professionnelle dépend de l’alignement des trois images que nous avons de nous en tant que professionnel :

a-    L’image que les autres ont de nous

b-   L’image que nous avons de nous-même

c-    L’image de ce que nous aimerions être en tant que professionnel


Si un décalage existe, notamment entre la première et la seconde, c’est là que notre crédibilité en prend un coup. Mais, heureusement, éviter que cela ne se produise est assez simple. Il suffit d’éviter, dans un premier, les 10 comportements décrit ci-dessous.


1-   Trop parler

Il y a des salariés qui sont des spécialistes du « parler pour ne rien dire ». Contrairement à ce que certaines personnes semblent imaginer, parler en permanence n’est pas le signe d’un grand professionnalisme… juste d’une incapacité à admettre que sur certains sujets, d’autres sont plus performants.


Souvent, ces personnes imaginent que si elles ne prennent pas la parole, elles ne seront pas crédibles alors que c’est exactement l’inverse qui se passe. Comme le disait Pierre Desproges, "Il vaut mieux se taire et passer pour un con plutôt que de parler et de ne laisser aucun doute sur le sujet".


À l’inverse, ne jamais parler n’est pas mieux. Être crédible, c’est de savoir parler à propos.


2-   Trop se vanter

Vous connaissez ce ou cette collègue qui a toujours tout fait… mais en mieux ? Cette personne sait tout sur tout, et, surtout, est plus performante que vous en toute chose. Pour ces personnes, impossible d’admettre qu’elles ne savent pas, ou qu’elles n’ont jamais expérimenté ce dont vous parlez.


Il y a une grande différence entre savoir se mettre en valeur et se vanter. En effet, se mettre en valeur, c’est parler de façon objective de ses qualités ou de ses réalisations. Se vanter, c’est être persuadé que ce que l’on a accompli, la personne en face de moi en serait incapable. Alors certes, cela peut de temps à autres être le cas, mais c’est assez rare.


3-   Se prendre au sérieux

Je crois que le secret pour bien vivre en entreprise, c’est d’être sérieux sans se prendre au sérieux. Il est assez horripilant d’être confronté à des personnes qui sont convaincues, au quotidien de sauver des vies ou de gérer des problèmes bien plus importants que les votre. Quelqu’un se prenant trop au sérieux, c’est exactement comme Pierre et le loup. À force de crier au loup sur sa propre importance, plus personne ne l’écoutera.


4-   Passer son temps sur son smartphone

Oui, vous connaissez cette personne. Vous êtes en réunion avec elle, et elle vérifie ses emails toutes les deux minutes et vous lance une fois de temps en temps un « ne t’inquiète pas, je t’écoute ».


Que cela soit dit et entendu une bonne fois pour toutes, les études l’ont montré, l’être humain est techniquement incapable d’exécuter 2 tâches conscientes de façon simultanées. Quelqu’un qui est en réunion avec son smartphone ou son ordinateur portable va zapper d’une tache à l’autre, mais ne fera JAMAIS les deux à 100%.


Au-delà du côté malpoli de la chose, être crédible, c’est également prêter toute son attention à ses interlocuteurs.


Il faut être crédible pour être écouté. Raymond Barre

5-   Être systématiquement en retard

Être en retard de façon systématique, c’est assumer le fait que son temps est plus important que celui des autres. De fait, quand on arrive en retard à un rendez-vous ou une réunion, ce sont toutes les personnes présentes qui, elles, étaient à l’heure, qui prennent du retard.


Parfois, ces personnes utilisent l’argument du « je suis hyper débordé, désolé » pensant que cela a un impact positif. En fait, cela n’envoie que deux messages :

a-    La personne ne sait pas s’organiser

b-   La personne suppose qu’elle a plus de travail que nous

Dans les deux cas, en termes de crédibilité, ce n’est pas le top !


6-   Poster sans cesse sur les réseaux sociaux

Mon métier, en plus d’être écrivain et conférencier, c’est d’être ce que l’on appelle, même si je n’aime pas ce mot, un « Influenceur ». Je passe beaucoup, beaucoup de temps sur les réseaux sociaux et sur mon blog. Mais… c’est un métier. Je suis frappé de voir beaucoup de salariés passer visiblement plusieurs heures par jour sur Linkedin, Twitter ou Facebook pour poster du contenu n’ayant rien à voir avec leur métier de base.


Il semble utile de rappeler qu’un post sur un réseau social peut être vu par les autres personnes de son entreprise. Saviez-vous qu’en moyenne, un salarié passait une heure par jour sur ses réseaux sociaux personnels ? Mais être à son bureau pour faire de la présence et en fait travailler pour autre chose que ce pour quoi on est payé, ce n’est pas idéal pour sa crédibilité.


7-   Faire du « name-droping »

Il y a des personnes qui pensent crédibiliser un discours en faisant ce que l’on appelle du « name-droping », littéralement du « lâcher de nom ». Au lieu de simplement dire quelque chose, cette personne va vous dire : « comme je le disais au PDG hier … » ou, « j’ai dîné hier avec Richard Branson, il trouve mon idée géniale… ».


La valeur d’un salarié vient de lui, pas des personnes qu’il côtoie ou connait, à moins de travailler dans les relations publiques.


8-   Abuser du « moi-je »

« Moi je pense que… », « moi je sais que… », « moi je dirais plutôt que… »… vous comprenez la logique. Parfois, il ne s’agit que d’un tic verbal, mais souvent, cela est le signe d’une personnalité très autocentrée qui ne va pas prêter attention à l’opinion des autres. Le principe même d’un fonctionnement en société, c’est de, parfois, savoir faire passer les individualités derrière le collectif, surtout dans la gestion de projets ou les réflexions stratégiques.


Tout est question d’équilibre encore une fois, car il ne faut pas non plus tomber dans l’extrême inverse qui serait de ne jamais revendiquer l’origine d’une idée ou d’un travail.


9-   Couper la parole

Je l’avoue, j’avais cette tendance pendant des années. Pas parce que je pensais que ce que disais la personne n’était pas intéressant, mais plutôt parce qu’ayant l’impression de savoir ce que la personne allait dire, je voulais gagner du temps et lui répondre avant la fin de sa phrase.


Cela n’avait en fait qu’un seul effet : générer de la frustration chez mes interlocuteurs/trices. Quand je faisais cela, je donnais ‘impression, certes à tort, mais peu importe en la matière, que je n’accordais aucune importance à ce que l’on me disait… au lieu d’être crédible, les gens avec qui je travaillais pouvais me trouver arrogant… il y a mieux comme image.


10-  Ne pas tenir ses promesses

En entreprise, il est possible de classer les salariés en deux catégories bien distinctes :

a-    Les faiseurs : les personnes qui font ce disent

b-   Les diseurs : les personnes qui parlent, mais ne font pas grand-chose


J’ai connu des diseurs qui pensaient que briller en réunion auprès de leur hiérarchie en s’engageant à délivrer monts et merveilles était largement suffisant puisque par la suite, s’ils ne faisaient rien, l’équipe devrait bien rattraper le coup. Cette stratégie peut tout à fait marcher à court terme, mais, croyez-moi, les diseurs finissent toujours par se faire prendre, notamment du fait que les autres membres de l’équipe finissent par se rebeller.


CONCLUSION

Finalement, éviter ces travers n’est vraiment pas complexe ; il suffit d’avoir en permanence en tête que quand on travaille en entreprise, nous mettons nos compétences au service d’un collectif. Ce que j’adorais à l’époque où je travaillais en entreprise, c’était de constater que quand on sait s’y prendre avec les équipes, 1+1 n’est jamais égal à 2, mais à 3 ou 4. Chasser les comportements ci-dessus permet d’éviter que le résultat de 1+1 ne soit pas 0,5. En effet, au-delà de la crédibilité de la personne qui aurait ces travers, cela impact ses collègues négativement en termes de motivation.

Et vous… vous en avez croisé des spécimens comme cela, ou peut-être d’autres avec d’autres travers ?

Enfin, vous… êtes-vous crédible dans votre travail ? Pour le savoir, voici un test rapide !


Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Les 10 personnalités toxiques que vous devez absolument éviter au quotidien

2- 10 choses que les (très) bon(ne)s collaborateurs/trices font tous les jours


Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.

Mes Livres

Mes conférences

Mes web-conférences

Mes podcasts

Mes replays



Avec Bob sur scène

L'AUTEUR
Mon dernier livre
couv-BE (1).jpg