Petite histoire du sexisme ordinaire : la Française des Jeux