Les 10 choses que les (très) bons managers font tous les jours


@demaincommenceajourdhui - https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/


Depuis des années, je conseille des managers ; pendant des années, j’ai moi-même été manager et aujourd’hui, je fais des conférences et j’écris des livres à ce sujet. Cependant, aujourd’hui, j’ai reçu le message d’un jeune manager qui était un tantinet en panique devant ses nouvelles responsabilités et qui m’a posé une question toute simple : si vous deviez me donner des conseils sur ce que je dois faire chaque jour avec mon équipe pour être un bon manager, que me diriez-vous ?


Voici ci-dessous ma réponse.


1- Les (très) bons managers prennent du temps pour leur équipe

Un manager va passer en moyenne 24 jours de 24 heures en réunion !!! Et oui… pratiquement deux mois par an sont utilisés pour faire des réunions. L’un des travers des managers et de consacrer trop de temps à des réunions sans leur équipe.


Ce qu’il faut faire ? Si possible, chaque jour, avoir des plages horaires totalement à disposition de leur équipe, sans aucune réunion. Idéalement, en complément, il faut bloquer 3 demi-journées sans aucune réunion et utiliser ce temps pour le passer avec les membres de son équipe.


2- Les (très) bons managers disent « bonjour »

Cela peut sembler stupide, mais je reçois beaucoup de messages de salariés se plaignant de l’absence de ce tout petit mot, « bonjour » dans la bouche de leur manager. Et même en distanciel, c’est absolument fondamental, ne serait-ce qu’avec un SMS groupé disant « bonjour et bonne journée ».


Saviez-vous que le fait de ne pas dire bonjour le matin était l’une des toutes première source de démotivation chez les salariés de la part de leur manager ? Et oui, parfois, il ne faut pas oublier les choses les plus simples.


3- Les (très) bons managers libèrent la parole

Et oui, il est fondamental, quotidiennement, que les membres d’une équipe se sentent libre de s’exprimer, de dire les choses, sans filtre. Une équipe se doit de développer une intelligence collective… et cela est impossible sans libération de la parole.


Nul n’est parfait en entreprise, ça se saurait. Ainsi, un manager doit donner la possibilité quotidienne à son équipe de dire ce qui pourrait être mieux fait, dans l’intérêt de toutes et de tous.


4- Les (très) bons managers savent se remettre en question

Un manager qui pense tout savoir et ne jamais se tromper n’est pas un bon manager… il est dangereux. Le temps où l’on pensait qu’un manager se devait d’être omniscient appartient à un autre siècle. Assumer ses erreurs, ses doutes et même parfois, ses incompétences fait partie de la panoplie du bon manager aujourd’hui.


Un manager n’est pas un robot, c’est un être humain. Sa mission : faire en sorte que chaque membre de son équipe puisse donner le meilleur de lui-même, tout en acceptant son imperfection. Mais, comme nous le verrons plus tard, c’est au manager de montrer l’exemple en assumant lui-même ses propres imperfections.


“Rester immobile ne sert à rien. Il faut choisir entre progresser ou régresser. Allons donc de l’avant et le sourire aux lèvres.” Baden-Powell


5- Les (très) bons managers sont ponctuels

Combien de manager arrivent en retard en pensant que cela prouve à quel point ils sont débordés et occupés ? En fait, arriver en retard ne montre que deux choses :

ðSon incapacité à s’organiser

ðSon manque de respect des autres. Arriver en retard impose à toute l’équipe de s’adapter à son propre timing, comme si le temps des membres de l’équipe était moins important que celui du manager. Or, un manager sans équipe n’est rien.


La ponctualité est un élément basique de la politesse… et de l’efficacité collective. Quand une personne est en retard, c’est toute l’équipe qui l’est, d’autant plus qu’un manager systématiquement en retard aura beaucoup, beaucoup de mal à faire comprendre aux membres de son équipe que la ponctualité est importante.


6- Les (très) bons managers sont rassurants

En cas de crise, de turbulence ou de problème, un manager est comme un pilote d’avion : plus il reste calme, plus son équipage gardera son calme pour faire face à la situation.


Il ne s’agit pas de cacher la vérité, mais de la présenter sous un angle montrant qu’il y a un pilote dans l’avion qui maîtrise la situation. Plus le manager sera calme, plus l’équipe sera performante et engagée. Si le manager perd son calme, toute l’équipe entrera en mode panique.


7- Les (très) bons managers valorisent leur équipe

Factuellement, un manager doit tout à son équipe. Comme je le dis souvent, il n’y a jamais de mauvais collaborateur ou collaboratrice, il n’y a que de mauvais recrutement, ou des managers qui ne savent pas gérer les formations des membres de son équipe.


L’un de mes patrons chez TF1 m’avait résumé le métier de manager comme cela : fait en sorte de mettre ton équipe dans la lumière dès qu’il y aura des succès, et d’assumer toute la responsabilité pour ton équipe en cas d’échec.


Un bon manager montre clairement aux membres de son équipe que s’ils travaillent bien, ce sera eux qui en tireront des lauriers, pas lui. Et le fait de donner un droit à l’erreur à l’équipe en assumant les éventuels échecs va libérer la créativité.


8- Les (très) bons managers savent décider

« P’tet ben qu’oui, P’tet ben qu’non »... Trop de manager ne savent pas trancher ou ont peur de le faire histoire de ne prendre aucun risque en cas d’échec.


Un bon manager ne doit pas avoir peur de ses propres décisions. À vrai dire, un manager passe sa journée à prendre des décisions, c’est même en grande partie pour cela qu’il est payé. Ne pas prendre de décision, c’est bloquer tout un process, cela ralenti l’entreprise et, plus grave, cela démotive l’équipe.


Quand j’étais manager, je crois que décider était l’une des choses que je préférais ; j’engageais ma responsabilité et, surtout, je faisais avancer les choses, pas à pas. Et comme mon équipe savait que si je prenais une décision suite à leurs différentes propositions, j’en assumerai toute la responsabilité en cas d’échec. Ainsi, mes équipes se sentaient très détendues à l’idée de me proposer de nouvelles pistes.



9- Les (très) bons managers sont souriants

Être sérieux sans se prendre au sérieux ; cela devrait être la devise de tous les managers. Une équipe ressemble toujours à son manager or, c’est bien connu, il est beaucoup plus motivant de travailler dans une bonne ambiance que dans un bureau où personne ne parle, tout le monde tire la tronche.


Le manager donne le ton et, à quelques exceptions près, il ne sauve pas de vie au quotidien. Garder le sourire, prendre de la distance, relativiser même quand la situation est complexe à gérer, c’est comme cela que les équipes sont le plus engagées.


10- Les (très) bons managers sont exemplaires

Une équipe calera généralement son comportement sur celui de son manager. Un exemple ? Si le manager demande à son équipe de travailler sur un bon équilibre vie privée / vie professionnelle et de ne pas se connecter en soirée ou le week-end, le minimum qu’il puisse faire et de se l’appliquer à lui-même.


Quotidiennement, un manager se doit d’avoir le comportement qu’il attend de la part de chaque membre de son équipe, que ce soit dans son comportement ou dans sa relation à son travail. L’exemplarité du manager est un puissant moyen pour faire progresser une équipe. Quand un manager demande quelque chose qu’il fait lui-même, cela devient une règle, un impératif. S’il ne le fait, cela devient optionnel.


CONCLUSION

Si le métier de manager est compliqué et souvent stressant, en maîtriser les bases n’est vraiment pas complexe. Et comme j’aime à le répéter, s’il ou elle souhaite être un manager bienveillant, la règle tient en une seule phrase : ne jamais faire ou dire à un membre de son équipe quelque chose que l’on n’aimerait pas que notre propre manager nous dise ou nous fasse.


Le management est avant toute chose une question de bon sens. En oubliant son égo et son statut, en ne pensant qu’à l’intérêt collectif plutôt qu’à son intérêt personnel, tout manager peut devenir un bon, un très bon manager. Tout est question de volonté infini, non ?


La vidéo pour aller plus loin :






Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Le droit à l’erreur, la clé du management ?

2-Les 4 clés du courage managérial


Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.

Mes Livres

Mes conférences

Mes web-conférences

Mes podcasts

Ma Chaine YouTube

Mes replays



Avec Bob sur scène