Et si nos managers étaient (vraiment) évalués ?


@demaincommenceajourdhui - https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/

Illustration :  @demaincommenceajourdhui / https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/



Vous vous rappelez de l’école primaire et de ses dictées ? Il y en avait deux catégories : celles que le maître ou la maîtresse corrigeait, et celles que nous auto-corrigions. Je ne sais pas pour vous, mais, étrangement, mes notes étaient nettement supérieures quand je m’auto-corrigeais…. Pourquoi je vous parle de ça ? Et bien parce que de nos jours, dans la majorité des entreprises, la qualité du management est auto-évaluée.


Bien souvent, au moment de l’entretien annuel, le supérieur hiérarchique des managers va demander « et ça se passe bien avec ton équipe ? Le management, tu maîtrise ? ». Vous imaginez bien que rares sont les managers qui répondent « non, franchement, je ne maîtrise pas le métier pour lequel je suis payé. ». Et cela dure depuis des années ; mais ce n’est pas une fatalité. De plus en plus d’entreprises demandent aux équipes d’évaluer leur propre manager, tous les mois ou trimestres.


Cette évaluation, faite de façon anonyme généralement, permet enfin d’avoir une vision juste de la qualité du management, mais trop d’entreprises et de managers n’osent se lancer. Et pourtant, l’impact de cette évaluation est fort, très fort.


1- L’évaluation permet aux managers de progresser

Qui mieux que l’équipe d’un manager peut dire ce qui va bien et ce qui pourrait être mieux fait ? Je recommande souvent cet exercice tout simple, accessible pour tous les managers : demandez à votre équipe de se réunir, sans vous, et demandez-leur de remplir un tableau avec deux colonnes, la première pour lister les choses que vous faites bien en tant que manager et l’autre, les choses que vous pourriez améliorer. MAIS, il y a une règle importante : chaque point devra faire l’unanimité.


À chaque fois que j’ai assisté à ce genre d’exercice, le résultat était incroyablement positif. Tout d’abord, l’équipe constatait que chaque individu avait un regard spécifique sur son manager. Il en va dans la vie professionnelle comme dans la vie privée : nous sommes toutes et tous l’idiot ou le génie de quelqu’un, mais quand il s’agit de management, il est indispensable d’être coopté par le plus grand nombre au sein de l’équipe.


Par ailleurs, le résultat de cette réunion a toujours été positif. Très souvent, des managers craignent d’ouvrir la boite de Pandore et de se prendre une volée de bois vert. Généralement, quand un manager a cette crainte, c’est qu’il a conscience qu’il ou elle a des points d’amélioration à travailler. Mais quand ce n’est pas le cas, grâce à cet exercice, le manager découvre ses propres points d’amélioration dont il ou elle n’a pas forcément conscience.


Bien entendu, l’idée de cet exercice est, pour le manager, de faire évoluer son mode de management en fonction des retours de son équipe. S’il ne change rien, c’est un coup d’épée dans l’eau qui atteindra l’exact inverse de l’objectif visé, et démotivera son équipe.


“Je donne mon avis non comme bon mais comme mien.” Michel de Montaigne

2- L’évaluation agit directement sur le bien-être des équipes

Ce qui est extraordinaire dans le métier de manager, c’est qu’il a un impact direct sur le bien-être des salariés. Comme je le dis très souvent, il est quasiment impossible pour un salarié de faire un burnout si son manager est un bon manager, attentif au bien-être de l’équipe. La responsabilité est forte, c’est vrai, mais elle est réelle.


L’évaluation des managers par leur équipe permet d’agir sur des points essentiels du bien-être au travail comme :

ðLa charge de travail

ðLe présentéisme

ðLe droit à la déconnection

ðLe niveau d’autonomie de chaque personne


Plus de 50% des démissions sont imputables au manager. Et oui, je suis certain que cela vous est arrivé dans votre carrière, de quitter une entreprise non pas parce que le travail ne vous plaisait plus, mais parce que vous n’en pouviez plus de votre relation avec votre manager.


À l’inverse, avoir l’opportunité de dire ce qui pourrait être amélioré dans le management de son supérieur hiérarchique est non seulement motivant, mais permet d’éviter d’avoir le sentiment de devoir subir, sans agir.



CONCLUSION

La libération de la parole en entreprise est absolument essentielle, pas uniquement pour ce qui concerne le management, bien entendu, mais ce qui est formidable avec cette libération de la parole, c’est que chaque manager peut agir, indépendamment des décisions de l’entreprise ! Si vous êtes manager, essayez… vous verrez à quel point c’est formidable !


Et vous, votre manager sait-il manager ? Pour le savoir, voici un test rapide et gratuit.



La vidéo pour aller plus loin :





Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Comment motiver son équipe ? Quelles clés ?

2- Les 5 règles pour faire un bon feedback


Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.

Mes Livres

Mes conférences

Mes web-conférences

Mes podcasts

Ma Chaine YouTube

Mes replays



Avec Bob sur scène

L'AUTEUR
Mes derniers livres
Capture d’écran 2021-02-09 à 08.50.14.
couv-BE (1).jpg