top of page

Faut-il avoir peur de l'Intelligence Artificielle ?


https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/

https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/


🔥🔥 Pour écouter la version audio ou regarder la version vidéo de cet article =>>> https://lnk.to/Dzl8gg 🔥🔥


Depuis plusieurs années, l'intelligence artificielle (IA) a connu une croissance exponentielle et s'est imposée comme l'une des technologies les plus disruptives de notre époque. L'IA est utilisée dans de nombreux domaines, tels que la médecine, la finance, l'agriculture et même l'industrie du divertissement dont je fais partie d’une certaine manière. Eh oui, mes livres, mes romans, mes podcasts pourront-ils être créés par Chat GPT sans même que je n’y jette un œil ?

Eh oui, cette innovation technologique soulève des questions sur son impact sur l'emploi. En effet, certains craignent que l'IA ne supprime des emplois à grande échelle, ce qui pourrait entraîner une instabilité économique et sociale.

Il est à noter que ce genre de crainte n’est pas nouveau. Au début du 19ième siècle, un mouvement de révolte anglais, le « luddisme », consistait à détruire les machines à tisser qui supprimaient un grand nombre d’emplois. À l’époque, la méthode utilisée pour calmer ce mouvement a été de menacer de peine de mort tout participant… un tantinet radical.

Cependant, la crainte légitime de perte d’emplois du fait de l’automatisation n’a pas empêché l’Angleterre de connaître au 19ième siècle de connaître sa plus grande période de croissance économique. En sera-t-il de même pour l’IA ?

Dans cet article, nous allons examiner si l'IA va supprimer des emplois et quelles sont les implications pour les salariés et les entreprises.

Les impacts de l'IA sur l'emploi

L'un des principaux arguments en faveur de la suppression d'emplois par l'IA est que de nombreux métiers sont susceptibles d'être automatisés. Selon une étude menée par McKinsey & Company, environ la moitié des activités réalisées dans le monde du travail pourraient être automatisées avec les technologies actuelles. Cela signifie que des emplois dans des secteurs tels que la production industrielle, les centres d'appels et la comptabilité sont potentiellement menacés par l'IA.

Dans leur étude intitulée "Jobs lost, jobs gained: Workforce transitions in a time of automation", McKinsey a examiné comment l'IA pourrait affecter l'emploi à l'échelle mondiale.

L'étude a révélé que d'ici 2030, environ 375 millions de salariés pourraient avoir besoin de se requalifier ou de changer complètement de métier en raison de l'automatisation et de l'IA. Cela représente environ 14% de la main-d'œuvre mondiale. Les emplois qui sont les plus susceptibles d'être automatisés sont ceux qui impliquent des tâches routinières, telles que les emplois dans la production manufacturière, la logistique et les services financiers.

Cependant, tous les métiers ne sont pas également vulnérables à l'automatisation. Les emplois qui impliquent des tâches répétitives et prévisibles sont plus susceptibles d'être remplacés par l'IA que les emplois qui nécessitent des compétences sociales et émotionnelles. Par exemple, les emplois tels que les infirmiers, les enseignants et les commerciaux sont moins susceptibles d'être automatisés car ils impliquent des interactions humaines importantes.

Les limites de l'IA dans le monde du travail

Bien que l'IA puisse être utile pour automatiser des tâches répétitives et prévisibles, elle a également des limites. L'IA n'est pas capable de remplacer les compétences humaines telles que la créativité, l'empathie, les relations interpersonnelles et la prise de décision éthique. En effet, l'IA est programmée pour suivre des algorithmes et des règles préétablies, ce qui signifie qu'elle ne peut pas résoudre des problèmes complexes ou imprévus de la même manière que les humains.

De plus, l'avènement de l'IA pourrait également entraîner une augmentation de la demande pour certaines compétences humaines. Par exemple, les emplois qui impliquent la gestion de projet, la gestion du changement et la créativité deviendront probablement plus importants à mesure que l'IA se développe.

Si l’on prend l’exemple de Chat GPT, si vous rédigez un « prompt » efficace comme on dit (en gros, ce sont les instructions données à l’IA pour qu’elle agisse), vous obtiendrez des résultats assez étonnants, mais relativement froids, mécaniques… et c’est là où percevoir l’IA plus comme une aide que comme une menace est intéressant. Et c’est d’ailleurs ce que semblent penser 37% des 2 500 répondants au sondage de cette semaine.


Il est à noter qu’une proportion non négligeable (23%) ne sait pas trop… et c’est normal, nous ne sommes qu’au début de l’aventure de l’IA.

Les réponses possibles à l'automatisation de l'emploi

Il existe plusieurs stratégies que les salariés et les entreprises peuvent adopter pour s'adapter à l'automatisation de l'emploi. Tout d'abord, la formation continue peut aider les salariés à acquérir de nouvelles compétences et à se repositionner dans des emplois qui sont moins susceptibles d'être automatisés. Les entreprises peuvent également encourager la formation continue en montrant comment l’IA peut simplifier le quotidien de certains métiers en supprimant les tâches répétitives.

Mais n’oublions pas que l’IA peut faire faire d’immenses progrès dans certains domaines comme le médical. Un exemple ? Là où un cancérologue tirera son expérience de l’observation de quelques centaines de radios… avec l’aide de l’IA, son patient sera comparé à des millions de radios permettant d’améliorer de façon fantastique la justesse d’un diagnostic.

CONCLUSION

Vous savez quoi ? Bien malin est celui ou celle qui pourra nous dire ce que l’avenir nous réserve. Comme tout progrès, je crois profondément que son impact dépendra de ce que nous en faisons. C’est comme le nucléaire d’une certaine manière. Il y a les centrales… et il y a eu Hiroshima.

Par contre, très égoïstement, pour mon métier d’écrivain, de chroniqueur, il est certain qu’il va falloir nous remettre grandement en cause et faire preuve d’encore plus de créativité si nous ne voulons pas que Chat GPT nous remplace. Vous ne me croyez pas ? 80% de cet article a été écrit par Chat GPT… charge à moi de faire que les 20% additionnels que j’y ai mis se transforment en 80% et pas en 0% dans les années à venir… sacré challenge et, pour être franc avec vous : J'ADORE !


Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Comment les entreprises peuvent donner du sens au travail ?

2- La mort du « travailler plus pour gagner plus »


Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.

Mes Livres

Mes conférences

Mes web-conférences

Mes podcasts

Ma Chaine YouTube

Mes replays