top of page

Les 5 clés de la motivation


https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/

https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/

Pour écouter la version audio de cet article =>>> https://lnk.to/xhiRAfBw


Engagement, motivation, deux mots qui sont devenus de véritables stars depuis deux ans. Et oui, entre la pandémie, les confinements, les incertitudes économiques, les tensions sur le marché du travail, forcément, cette question est devenue centrale… pour les salariés, bien entendu, mais surtout pour les entreprises qui ont bien conscience que plus le chômage va reculer, plus il sera facile pour un salarié qui n’est plus motivé d’aller voir ailleurs.


Pour une entreprise, motiver n’est plus seulement une question de productivité, ce qui a été le cas pendant des années, mais de fidélisation des salariés. Dans l’absolu, pour n’avoir connu que le chômage de masse depuis mon diplôme de grande école de commerce au siècle dernier ; je trouve que la nouvelle est plutôt bonne. Nous allons passer d’une philosophie tournée autour du « dis-donc, si t’es pas plus motivé.e que ça, y en a 10 qui veulent ton boulot » au principe du « dis donc, si tu ne sais pas comment me motiver, y a 10 entreprises qui veulent me recruter »


Et oui, la responsabilité de la motivation, si elle était en théorie depuis toujours portée par les entreprises, la réalité du marché de l’emploi faisait que les salariés, inquiets de se retrouver sur le carreau, faisaient sans aucun doute plus d’efforts pour s’auto-motiver… les gens de ma génération pourront, je le pense, largement confirmer ce point !


La question n’est pas tant de savoir ce qui motive ou non les salariés, mais plutôt d’avoir conscience que ce qui pouvait sembler optionnel il y a quelques années pour un.e dirigeant.e, un DRH ou un manager est sans aucun doute devenu LA chose la plus stratégique pour les entreprise car la volatilité des salariés ne fera qu’augmenter dans les années à venir ; attirer les talents et les fidéliser devient fondamental.



1- Le sens

Et oui, travailler uniquement pour payer ses factures n’est pas/plus suffisant. Si un salarié a peur de se retrouver au chômage et qu’il a un emprunt à rembourser, croyez-moi, il est assez simple de le motiver ; par contre, s’il ou elle sait qu’elle peut trouver un travail facilement, cette crainte ne sera plus suffisante pour lui faire accepter tout et n’importe quoi.


C’est à) ce moment que la notion de sens intervient : en quoi le travail de chaque salarié, quel que soit son niveau hiérarchique, participe à un projet plus grand. J’aime bien cet exemple de la personne derrière le guichet d’accueil à qui son directeur explique que son travail est le plus important.


- Quoi ? Moi ? La personne à l’accueil ? Un job important ?

- Oui, vous le savez bien, la première impression est la plus importante. Si quelqu’un pousse la porte de l’agence et que vous êtes souriant, aimable, prêt à l’aider, notre travail est incroyablement facilité ! Sans vous, nous ne ferions pas autant d’affaires.


Caricatural ? Pas tant que cela, je viens de quitter l’une de mes banques parce que j’en avais assez de mal me faire recevoir par la personne à l’accueil. Ce n’était pas sa faute… juste celle de son manager qui n’avait pas du lui expliquer le sens de son travail.


2- L’attention portée à l’humain

Que se passera t’il si je tombe malade ? Ou si je divorce ? ou si je dois m’occuper de la santé d’un proche ? Le personnel retrouve petit à petit sa place dans nos vies. Oui, ne soyons pas naïfs, la balance entre la vie personnelle et la vie professionnelle est loin d’être équilibrée, mais le désir des salariés est de plus en plus fort pour qu’elle le soit et les entreprises qui le comprennent auront moins de mal que les autres à recruter.


Cela semble contre-intuitif de motiver quelqu’un sur son travail en lui vantant la place laissée à la vie personnelle… et pourtant. De plus en plus d’entreprise donnent une vraie place aux parents aidants, donnent une vraie place à la déconnexion ou donnent des congés sabbatiques rémunérés !! La créativité n’a pas de limite en la matière.


Mais c’est de plus en plus souvent le cas : un candidat aura le choix entre deux ou trois postes et prendra en considération tous les éléments, y compris ceux qui concernent directement sa vie personnelle.


Petit exemple tout simple : quelle entreprise choisiriez-vous entre une qui vous propose d’organiser votre travail comme vous le souhaitez en termes de télétravail et une qui vous dit que quoi qu’il arrive, vous devrez être en 100% présentiel. Quelle entreprise choisiriez-vous entre une qui vous propose de prendre en charge une partie des frais de garde de votre petit dernier et vous explique qu’il est important que vous soyez tôt chez vous chaque jour pour profiter de vos enfants et une autre qui vous demande, soupçonneuse, quel système de garde vous avez mis en place pour pouvoir assister aux réunions du vendredi à 19.00 ?

“Rester immobile ne sert à rien. Il faut choisir entre progresser ou régresser. Allons donc de l’avant et le sourire aux lèvres.” Baden-Powell

3- La flexibilité

Nous sommes en train d’assister à un changement fascinant : le passage d’un monde dans lequel nous devions adapter notre vie personnelle à notre travail à celui ou notre travail doit s’adapter à notre vie personnelle.


Et le défi est grand sachant qu’en fonction de notre age, de notre situation familiale, cette adaptation ne sera pas la même. Autant un.e jeune célibataire en début de carrière privilégiera probablement le présentiel avec des horaires flexibles afin d’avoir une vie sociale remplie, de jeunes parents aimeront le télétravail tandis que plus tard, un mélange présentiel / distantiel sera souhaité.


Il n’y a plus une solution unique que l’on peut appliquer à tout le monde. Et oui, c’est très complexe à gérer car chaque situation est unique. Faire comprendre à un candidat que l’entreprise saura s’adapter à ses besoins est fondamental pour le motiver. L’entreprise qui souhaite avoir une bonne image employeur doit réduire à sa portion congrue l’exigence de transformation de sa vie personnelle à ses salariés.


4- Le projet professionnel

On dit les jeunes générations volatiles… pas si sûr. Présenter un véritable projet sur le moyen / long terme est un atout. Certes, un recrutement est fait pour réaliser une mission précise au temps T… mais qu’en sera-t-il en T+1 ouT+2 ?


Intégrer une entreprise est un engagement fort de la part du candidat et il est de plus en plus important que cet engagement soit réciproque. Non, on ne recrute pas quelqu’un pour 2 mois (sauf CDD bien entendu) … on le recrute parce qu’on pense qu’il pourra s’intégrer à l’entreprise et participer au projet sur le long terme… mais quel est ce projet ?


Trop souvent, l’urgence du recrutement fait oublier ce point pourtant si essentiel pour nous. Pouvoir se dire que l’emploi pour lequel on postule est une première étape dans une potentielle longue histoire, c’est motivant. Par contre, au-delà du discours, l’entreprise doit être attentive que la réalité suive.


5- Le salaire et autres avantages

Et oui, même s’il ne s’agit que du 5ième point, nous n’allons pas nous mentir, le salaire et les avantages divers et variés ont leur importance. Il n’y a pas que cela, mais tout de même. Imaginer que l’on va pouvoir payer au lance pierre parce que l’entreprise porte un nom prestigieux… c’est faire une lourde erreur.


Quand j’ai été diplômé, beaucoup de grands groupes profitaient du fait que le nombre d’emploi était limité pour tenir des discours inaudibles aujourd’hui « certes, nous payons beaucoup moins que la moyenne de marché, mais en accrochant notre nom sur votre CV, c’est une carrière garantie »… Et bien non, cela ne fonctionne plus, et je l’ai vérifié auprès d’un grand nombre de DRH de grands groupes.


Alors certaines entreprises poussent la logique encore plus loin de ce point de vue en décidant de donner un salaire élevé et identique à tous ses salariés, quel que soit le niveau hiérarchique. Cela pose bien entendu la question de la motivation par le salaire qui disparait… mais je trouve le concept intéressant.


In fine, le salaire permet de supprimer tout stress économique… et, c’est bien connu, un salarié bien dans sa tête est un salarié motivé.


CONCLUSION

Il est certain que la question de la motivation devient de plus en plus complexe. Fut-un temps, il suffisait de fouetter les galériens pour qu’ils rament plus vite… faut-il vraiment regretter ce temps ?


Le défi pour les entreprises est grand, mais que ces réflexions sont passionnantes. Le monde de l’entreprise est en mutation, vers du meilleur, du plus attentif envers l’humain, et c’est tant mieux, non ?


Et vous… êtes-vous motivé par votre travail ? Pour le savoir, vous pouvez faire ce test gratuit en ligne.


Et si vous êtes manager et souhaitez savoir si vous savez motiver, il y a ce test.



La vidéo pour aller plus loin :





Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Comment remotiver un salarié qui ne l'est plus ?

2- Comment se (re)motiver au travail ?

Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.

Mes Livres

Mes conférences

Mes web-conférences

Mes podcasts

Ma Chaine YouTube

Mes replays



Avec Bob sur scène

L'AUTEUR
portrait g chatelain 1.jpg
Mes derniers livres
009954074.jpeg
Capture d’écran 2021-02-09 à 08.50.14.
couv-BE (1).jpg
Le dernier épisode du podcast Happy Work
bottom of page