top of page

Oui, votre manager peut tout changer


https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/

Pour écouter la version audio de cet article =>>> https://lnk.to/1biNzb1r

J’entends trop souvent des managers me dire « vous savez Gaël, moi, j’aimerai bien être bienveillant avec mon équipe, mais je ne peux pas car mon propre manager ne l’est pas ». Et bien vous savez quoi ? Ça me rend fou quand j’entends cela.


J’ai été manager pendant des années, et, parfois, dans des entreprises toxiques, vraiment toxiques. Et pourtant, mon mode de management n’a jamais changé. Dire que notre comportement en tant que manager est totalement dépendant du type de management que l’on subit est… lâche. Ce n’est parce son supérieur est toxique que l’on est obligé de l’être. Alors oui, cela suppose de faire preuve de courage. Et cela tombe bien, le courage managérial fait partie du management bienveillant.


Mais, imaginons un manager qui travaille dans un environnement toxique, que peut-il faire, concrètement avec son équipe ?


1- L’effet parapluie

Le ruissèlement du stress, vous connaissez ? Eh bien, c’est tout simple. Le Comité de Direction d’une entreprise commence à stresser pour une raison, peu importe laquelle. Chaque membre de ce comité va commencer à stresser leur équipe. Chaque membre de ces équipes va stresser à leur tour chaque membre de la sienne… et ainsi de suite. Sans effet parapluie, en quelques jours, le stress qui ne concernait que quelques personnes va se diffuser dans toute l’entreprise.


Faire parapluie, c’est mettre un terme à ce qui n’est pas une fatalité. Ce n’est pas parce que mon propre boss me met la pression que je dois la mettre à mon équipe. En effet, je peux :

· Refuser de le faire : oui, un manager a le droit de dire « non » à son propre manager. Quand je dis cela à certains managers, ils me répondent « ok, mais si je fais cela, je risque de me faire virer ». Eh bien oui, et c’est cela le courage managérial : faire passer le bien-être de son équipe avant toute chose, y compris le sien.

· Adoucir le discours : si le n+1 du manager dit « vous êtes nuls, vous n’avez pas atteint vos objectifs, des têtes vont sauter », le manager n’est pas obligé de répéter mots pour mots la phrase entendue. Il peut faire une « traduction » en disant par exemple « bon, nous n’avons pas atteint les objectifs. Essayons de savoir pourquoi et, surtout, comment nous pourrions faire ensemble pour que cela change ».


Dans l’un des derniers épisodes de Happy Work, je parlais de la grande démission qui arrive en France. La meilleure arme pour lutter contre ? Un management de qualité qui cesse de stresser son équipe.


2- Libérer la parole

Les non-dits ; voilà l’une des principales causes du mal-être en entreprise. Parler est la clé de beaucoup de maux. Mais pour parler, encore faut-il oser et ce n’est pas toujours simple d’aller voir son manager pour se plaindre de quelque chose ou pour demander quelque chose. Depuis tout petit, nous avons une forme de « peur » de l’autorité. Mais ce n’est pas une fatalité et c’est très simple à supprimer.


Pour cela, il suffit au manager de dire à son équipe que sa porte est toujours ouverte pour écouter son équipe, qu’il n’y a aucun, absolument AUCUN sujet tabou. Et d’ailleurs, voilà un petit exercice très simple à mettre en place que tous les managers devraient faire.


Étape 1 : demander à l’équipe de se réunir

Étape 2 : leur demander de remplir un tableau avec 2 colonnes : l’une avec les choses que le manager fait bien, l’autre avec celles qu’il/elle pourrait mieux faire. Une règle cependant, chaque point doit être validé par l’ensemble de l’équipe.

Étape 3 : l’équipe restitue le tableau à son manager qui s’engage à évoluer en fonction des demandes de son équipe.


Cet exercice est d’une efficacité redoutable, il ne coute rien et, surtout, il montre de façon claire que le manager veut libérer la parole dans son équipe. C’est souvent le point de départ d’une nouvelle relation manager/managés, basée sur la confiance et la liberté de parole.

"La clarté est la forme la plus difficile du courage." François Mitterrand


3- La bienveillance du quotidien

Dire « bonjour », cela vous semble facile ? Et « merci » ? Pareil ? Et pourtant, vous n’imaginez pas le nombre de messages que je reçois sur mon blog pour se plaindre de ces petites incivilités du quotidien qui, à force, pourrissent la vie.


La bienveillance du quotidien, c’est de dire bonjour, merci, de ne pas arriver en retard, de savoir se rendre disponible pour son équipe et de ne pas passer sa vie en réunion, c’est de ne pas envoyer des emails à son équipe 7 jours sur 7 à toute heure du jour et de la nuit. Rien de bien compliqué en somme, rien que du bons sens.


Mais, malheureusement, ce bon sens est souvent mis de côté. Plus de 50% des démissions sont dues à un management de mauvaise qualité et, vous me l’accorderez probablement, ce n’est pas très compliqué de changer les comportements évoqués ci-dessus, si ?


Ce qui est fou, c’est que les fondamentaux de la politesse sont parfois oubliés par les managers quand ils sont dans leur sphère professionnelle. Dire bonjour à un proche quand on le voit pour la première fois dans la journée semble naturel, au même titre que l’on sait qu’arriver en retard à un dîner ou appeler à 23.00 ne se fait pas vraiment… et pourtant, une certaine schizophrénie existe chez certains entre la sphère privée et la sphère professionnelle… et si nous mettions les deux en cohérence ?


CONCLUSION

L’un des impacts positifs de la pandémie est qu’elle aura fait prendre conscience à beaucoup de l’importance du management de proximité qui n’est pas bon qu’à faire du reporting et des réunions. Oui, ce sont ces managers qui sont le premier rempart contre la grande démission et la première source de fidélisation. Leur impact peut être gigantesque sur les équipes, en bon… et malheureusement en moins bon.

Avoir cela à l’esprit en permanence me semble absolument fondamental, plus que jamais, d’autant plus qu’il semblerait que le moral des salariés ne soit pas au top actuellement. Formons les managers et, si vous êtes managé : parlez-en à votre manager, lui aussi a tout à gagner à avoir une équipe bien dans sa peau !


Et vous, votre manager prend-il soin de votre bien-être ? Pour le savoir, vous pouvez passer ce test gratuit.



Pour aller plus loin :



Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.



Yorumlar


Avec Bob sur scène

L'AUTEUR
portrait g chatelain 1.jpg
Mes derniers livres
Capture d’écran 2023-04-03 à 13.20.29.png
009954074.jpeg
Capture d’écran 2021-02-09 à 08.50.14.
couv-BE (1).jpg
Le dernier épisode du podcast Happy Work
bottom of page