Comment faire changer son manager ?


@demaincommenceajourdhui - https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/

Illustration :  @demaincommenceajourdhui / https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/




J’entends très souvent des salariés se plaindre de leur manager, souvent à raison, mais là n’est pas la question. Ce qui me surprend, c’est que bien souvent, en tant que managé, la personne donne le sentiment que c’est une fatalité, qu’elle doit subir. Oui, il existe des managers tyrans, pour ne pas dire pervers-narcissiques, mais c’est loin d’être la majorité, heureusement.


Un manager, cela se manage, et c’était tout l’objet de mon premier livre de management « Mon boss est nul, mais je le soigne », dont le sous-titre était « comment transformer le pire des managers en manager bienveillant ? ». C’est dans ce livre que, pour la première fois, le concept de manager bienveillant est apparu. Mais, vous me direz… quel changement par rapport à avant la pandémie ?


Et bien, depuis la pandémie, et notamment le premier confinement, la notion de manager son manager est devenue beaucoup plus concrète et, surtout simple, tout du moins en théorie. Vous avez probablement remarqué qu’il est beaucoup plus facile de dire quelque chose de « désagréable » quand on est à distance, que ce soit par téléphone, SMS ou email que quand on est en face à face, droit dans les yeux. Et c’est ainsi que certains salariés ont, enfin, eut le courage de parler franchement à leur manager et… de manager leur manager !


Et oui, je suis convaincu qu’il est possible de faire changer son manager, je l’ai fait un certain nombre de fois dans ma carrière d’ailleurs. Mais, pour être plus exact, il ne s’agit pas de faire changer la personnalité de son manager, mais simplement son comportement vis-à-vis de nous ou des autres. Comment ? Il y a 5 étapes pour cela :


1- Travailler son empathie

Avant toute chose, il faut comprendre pourquoi votre manager a tel ou tel comportement, c’est la base. Si vous souhaitez réparer un moteur, il faut en comprendre la mécanique, c’est aussi simple que cela. En termes de comportement, c’est ce que j’appelle les déclencheurs. Il faut essayer de voir s’il existe une sorte de routine qui amène votre manager à avoir le comportement qui ne vous plait pas pour, dans un second temps, le déconstruire.


Quelques exemples tirés de la réalité ?


· Le manager qui va s’énerver dès qu’un collaborateur ou collaboratrice dit « je ne sais pas »

· Le manager qui ne supporte aucun retard d’aucune sorte

· Le manager qui va faire des mails à toute heure du jour et de la nuit pour avoir du nouveau sur un dossier



2- Préparer l’entretien

Il s’agit dans ce genre d’entretien d’éviter toute considération personnelle. Il ne s’agit pas d’un entretien sur les émotions, mais bien d’un entretien professionnel pour travailler mieux ensemble. Les expressions à bannir sont « je n’aime pas quand tu fais ça » ou « ça me fait de la peine quand tu dis ça ». Je vais être abrupt, mais certains managers n’en ont rien à faire de vos émotions, et il faut trouver un moyen pour que cela ne soit plus le cas, sans pour autant qu’il s’en aperçoive.


Manipulation ? Oui, tout à fait. Au même titre qu’un kinésithérapeute va vous manipuler le dos pour que vous alliez mieux !


Ainsi, si vous avez déterminé les facteurs déclencheurs de son comportement, il va falloir lui proposer des alternatives. Reprenons les trois exemples précédents :

· Le manager qui va s’énerver dès qu’un collaborateur ou collaboratrice dit « je ne sais pas ». Là, c’est tout simple. Évitez juste de dire « je ne sais pas » et remplacez le par un « ça te va si je te donne la réponse dans une heure ? Beaucoup de managers perdent le contrôle quand ils ont un sentiment d’insécurité, et ne supportent pas quand ce sentiment est renforcé par l’équipe. J’ai eu un manager comme cela, choisir ses mots est fondamental !


· Le manager qui ne supporte aucun retard d’aucune sorte. Là, c’est vraiment, mais alors vraiment tout simple : ne soyez jamais en retard ! Mais surtout, si c’est une personne qui est angoissée par les délais, apprenez à les fixer vous-même. Quelqu’un dans ce schéma mental n’en a rien à faire qu’une tache soit réalisée le mercredi ou le jeudi, ce qui l’importe, c’est de savoir qu’elle sera faite le jour convenu et qu’il n’a plus besoin de s’en soucier. Ce type de manager est dans l’hyper contrôle… à vous de le rassurer.



· Le manager qui va faire des mails à toute heure du jour et de la nuit pour avoir du nouveau sur un dossier. Pour ce type de manager, il est important de le rassurer sur l’avancement des choses. Prenez l’initiative de lui faire un mail de 3 lignes en fin de journée par exemple pour lui dire que vous avez bien avancé sur le dossier et que tout va bien. Le rassurer vous apportera de la tranquillité.


"La porte du changement ne peut s'ouvrir que de l'intérieur, chacun en détient la clé." Jacques Salomé


3- Définir les avantages communs d’un changement

Changer pour changer n’a aucun intérêt. Le manager doit percevoir l’intérêt que lui, et l’équipe aura dans son changement. Bien entendu, la notion de bien-être peut être évoquée puisque celui-ci est désormais clairement considéré comme une source d’engagement et de productivité.


Le manager lui-même peut y voir un avantage. J’ai eu pendant quelques années un manager qui avait la réputation de beaucoup, beaucoup s’énerver. En appliquant mes méthodes, il ne l’a plus jamais fait et il m’a fait un jour le plus beau des compliments : « Gaël, tu agis sur moi comme un calmant depuis des années…merci. »


4- Proposer plusieurs options

Quel que soit le problème que vous amenez à votre manager, il est absolument fondamental de proposer deux, idéalement trois, solutions parmi lesquelles il ou elle devra choisir. Pourquoi ?


· Cela prouve que le sujet est d’importance et que vous y avez réfléchit de façon sérieuse.

· Cela lui permet de s’approprier le problème et de jouer son rôle de manager en choisissant la solution. Quand on manage son manager, on ne devient pas manager à sa place, on l’accompagne pour qu’il ou elle devienne un meilleur manager.


5- Remercier

Si vous avez suivi toutes les étapes et que votre manager a changé, il ne faut pas oublier de dire un simple « merci ». Le feedback est fondamental de la part de votre manager vis-à-vis de vous… mais également dans l’autre sens. Plus vous lui ferez remarquer qu’il est un bon manager quand c’est le cas, plus il vous écoutera quand vous lui ferez une remarque sur quelque chose qu’il pourrait améliorer.


CONCLUSION

Non, manager son manager n’est pas toujours simple, c’est certain. Mais je peux vous promettre une chose, c’est que quand vous le ferez, vous en tirerez une satisfaction personnelle gigantesque.


Quoi de pire que de subir une situation en ayant le sentiment de ne rien pouvoir faire pour la changer ? Et, dans le cadre du management, rien ne peut être changé… il suffit de se lancer, je vous assure.


Et si vous voulez savoir si votre manager sait manager, je vous propose ce petit test gratuit, cela vous donnera peut-être des idées !



La vidéo pour aller plus loin :



Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Pourquoi veut-on devenir manager ?

2- Le top 5 des comportements les plus démotivants chez un manager


Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.

Mes Livres

Mes conférences

Mes web-conférences

Mes podcasts