Les 5 choses qu’un salarié de qualité ne devrait jamais faire


@demaincommenceajourdhui - https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/


Souvent, on me fait le « reproche » de ne parler que des managers, en bien ou non. Oui, je suis convaincu que, et c’est leur fonction même, les managers ont une responsabilité gigantesque quant au bien-être en entreprise, mais, pour autant, tous les salariés d’une entreprise ont des obligations et des responsabilités, même celles et ceux qui ne sont pas manager.


J’ai été manager pendant des années de petites et de très grandes équipes et, effectivement, il y a des signes qui ne trompent pas chez un salarié, qui me permettaient à moi en tant que manager, de savoir sur qui je pouvais (vraiment) compter ; et c’est tout l’objet de cet article : vous donner, selon moi, les 5 comportements à ne jamais avoir en entreprise si vous voulez gagner en crédibilité au quotidien au travail.


1- Promettre plus qu’il ne peut tenir

Le principe de la relation manager / managé repose exclusivement sur la confiance. En tant que manager, avoir une équipe autonome qui, quand elle dit pouvoir faire quelque chose, le fait, cela n’a pas de prix et cela permet de sortir la tête du guidon comme on dit, et de pouvoir prendre du temps pour se focaliser sur le moyen et le long terme.


La fiabilité de chaque membre de l’équipe permet petit à petit de construire cet esprit de groupe qui fait que le travail se fait sereinement. Si l’un des membres d’une équipe ne fait systématiquement que 80% du chemin qu’il ou elle s’était engagé.e à parcourir, c’est toute l’équipe qui en subit les conséquences.


Mais ATTENTION, il ne s’agit pas de demander à chaque membre de l’équipe d’être 100% autonome et fiable, juste d’être conscient de ce que l’on peut fournir. J’ai toujours préféré un collaborateur ou une collaboratrice qui me disait pouvoir rendre un dossier en 4 jours et qui tenait ses délais, plutôt qu’un.e qui disait pouvoir le faire en 2 jours et en mettait 3. Une équipe, c’est une organisation dans laquelle chaque rouage doit être fiable.


2- Arriver en retard

J’ai constaté qu’un certain nombre de personnes imaginaient qu’arriver en retard était une preuve selon laquelle, dans leur esprit, ils ont énormément de travail. En fait, les deux choses qu’un retard systématique prouve c’est :

· Un manque d’organisation dans son travail.

· Un manque de respect par rapport aux autres membres de l’équipe. En effet, si un train doit partir à une heure précise, si un passager arrive en retard, soit il rate le train, soit il retarde le train. Dans les deux cas, tout le monde y perd.


Par ailleurs, arriver en retard (de façon systématique bien entendu)) décrédibilise le salarié en question. La vie en équipe, c’est aussi respecter des règles communes.


“Bien diriger une entreprise, c’est être capable de montrer à des employés ordinaires comment faire le travail des employés plus hauts placés.”

John D. Rockefeller Jr


3- S’énerver

J’ai eu dans ma carrière quelques spécimens de ce genre qui s’énervaient pour un oui ou pour un non. Leur mode d’échange était d’augmenter le volume de leur voix en imaginant qu’ils ou elles seraient mieux écouté.e.s.


Dans une équipe, la forme a autant d’importa ce que le fond. Il est possible, voire recommandé, de ne pas être d’accord avec tout ce qui est dit ou décidé, c’est dans l’opposition d’avis que la créativité est la meilleure. Par contre, quand quelqu’un s’énerve systématiquement, cela ne s’appelle plus un échange, mais une confrontation ; et dans une équipe, j’imagine que vous serez d’accord, une confrontation systématique, c’est épuisant.


4- Être négatif

Au même titre que la catégorie précédente, il y a une grande différence entre ne pas être d’accord et ne pas l’être de façon systématique, presque par principe.


Le fonctionnement d’une équipe est une démocratie. Un seul individu ne peut pas avoir toujours raison. Malheureusement, il peut arriver qu’un membre de l’équipe imagine détenir LA vérité en toutes choses ce qui non seulement coupe court à tout débat, mais braque l’ensemble de l’équipe contre lui/elle.


Il m’est déjà arrivé que mon équipe tout entière ne soit pas d’accord avec moi, et c’est heureux ! Tant que l’opposition est argumentée est va dans l’intérêt de toutes et de tous, il faut savoir de temps à autres mettre son égo de côté.


5- Répandre des rumeurs

En dernier point, probablement le pire. Il existe des salariés qui existent uniquement par le venin qu’ils ou elles diffusent dans l’équipe ou dans l’entreprise, pensant en procédant ainsi avoir une sorte de pouvoir sur la structure.


J’ai toujours accordé une importance primordiale à la notion de loyauté. Dans une équipe, pour reprendre une expression un tantinet surannée, « le linge sale, ça se nettoie toujours en équipe. »


La loyauté vis-à-vis de son équipe, c’est de toujours privilégier l’intérêt de l’équipe, parfois même avant celui de l’entreprise. Je sais, c’est un petit peu provocant, mais dans certaines situations (plan social par exemple), la solidarité au sein de l’équipe est absolument essentielle.


CONCLUSION

N’oublions pas, bien entendu, qu’un manager est un salarié comme un autre et que, bien entendu, ces 5 règles s’appliquent à lui-même. J’ai eu la chance dans ma carrière d’avoir constitué des équipes qui avaient totalement ce profil ; mais ce n’était pas un hasard, j’avais exposé ces 5 points dès ma prise de fonction. Expliquer de façon claire à son équipe ce que l’on attend d’elle, cela permet grandement de faciliter les choses. Et vous, d’autres qualités qui vous semblent absolument incontournables ?


La vidéo pour aller plus loin :






Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :