Le TOP 5 des mauvaises habitudes en télétravail


Illustration :  @demaincommenceajourdhui / https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/





Une chose est désormais certaine : même quand la pandémie sera derrière nous, le télétravail fera partie intégrante de notre mode de travail. La semaine dernière, une étude d’Opinion Way a montré que 92% des salariés souhaitent garder une partie de télétravail après cet épisode de crise.


Sachant cela, il m’a semblé important de faire un petit point sur les erreurs que l’on peut faire en télétravail, à titre personnel, que l’on soit manager ou managé. Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de classer ces erreurs par ordre d’importance. Bien entendu, vous avez totalement le droit de ne pas être d’accord avec ce classement qui a été réalisé de façon totalement arbitraire par votre serviteur. D’ailleurs, si jamais vous voyez des erreurs qui mériteraient pleinement une place dans ce classement, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire.


NUMÉRO 5 : Travailler plus

Les chiffres sont sans appel. Pendant le premier confinement, nous avons travaillé en moyenne 48 minutes de plus chaque jour. Ce temps correspond à la minute près au temps de transport que nous n’avions plus (moyenne nationale française).


En théorie, le télétravail est quelque chose d’extraordinaire puisqu’entre autres, il supprime le temps de transport. Mais vous m’accorderez que si ce temps de transport, qui est rarement un temps de plaisir, est remplacé par du travail, l’intérêt même du télétravail est remis en cause.


En théorie, le télétravail est fait pour effectuer le même travail qu’en présentiel, tout en supprimant certaines sources de stress ou de fatigue... pas pour travailler plus ! Mais que voulez-vous, nous avons tendance à culpabiliser et l’idée de remplacer mon formidable trajet serrés comme des sardines sur la ligne 13 par une séance de yoga, une promenade dans le jardin le plus proche ou une dégustation de pain au chocolat en regardant un épisode de ma série préférée.


Si vous faites partie de ces gens qui ont du mal à ne pas commencer leur journée de travail dès qu’ils le peuvent, voici un petit conseil : OK, commencez à travailler plus tôt, aucun problème. Par contre : finissez votre journée plus tôt ! Prenez soin de vous, c’est essentiel, surtout en cette période où le pourcentage de salariés qui ont le moral dans les chaussettes augmente à vue d’œil.



NUMÉRO 4 : Ne pas faire de pauses

Vous la connaissez cette journée durant laquelle vos seuls mouvements consistent à vous lever pour aller aux toilettes et, éventuellement à la cuisine pour une pause déjeuner de quelques minutes ?


Je suis allé me renseigner sur l’impact de la position assise sur notre santé. Bon, je vous préviens, si vous étiez de bonne humeur à l’instant où vous lisez ces mots, voici l’impact sur la santé de rester assis trop longtemps dans une journée, et la liste n’est pas exhaustive : des douleurs fréquentes au dos et au cou, polyarthrite rhumatoïde , varices, maladies du coeur, augmentation du poids corporel, affaiblissement des muscles, perte de de la masse osseuse, principalement chez les femmes, un risque de développer du diabète, augmentation de 30 % de l'incidence de cancer colorectal, de la prostate, du colon ou du sein, chez les personnes assises plus de six heures par jour... bon, j’arrête là, hein ?


Oui, la liste est longue, très longue et pourtant, les médecins ont une solution pour cela. Certes, il y a toujours la possibilité d’investir dans un bureau debout, mais il y a plus simple : faire une pause de 5 minutes toutes les heures et marcher chez vous. Et si le fait d’arrêter de travailler aussi souvent vous angoisse, au lieu de faire uniquement des visios, téléphonez de temps en temps en marchant chez vous, ce sera tout aussi efficace.


“Le travail paie dans le futur, la paresse elle paie comptant.” Jacques Dutronc


NUMÉRO 3 : Travailler en pyjama

Oui, cela peut être tentant, je sais. Mais il y a une différence entre l’exception et la règle. Nos rituels pour aller travailler ont leur importance d’un point de vue psychologique : ils nous permettent de faire une séparation claire entre notre vie personnelle et notre vie professionnelle.


Bien entendu, quand on est en télétravail, il ne s’agit pas de revêtir chaque jour son plus beau costume ou tailleur, de se pomponner comme si vous aviez une réunion d’une importance capitale, mais il y a un juste milieu. D’ailleurs, chose intéressante, il semblerait que le premier confinement ait eu un impact positif sur les habitudes vestimentaires en présentiel, poussant les salariés à privilégier des vêtements qu’ils aiment pour aller au bureau, plutôt que des vêtements « statutaires » dans lesquels ils ne se sentent pas forcément à l’aise.


PETITE ALERTE : j’entends et lis de plus en plus d’hommes se plaignant que de plus en plus de personnes refusent de mettre leur caméra pour faire des visios. Pour recevoir un grand nombre d’emails chaque jour, messieurs, il y a un certain nombre de femmes qui profitent du télétravail pour ne pas se maquiller et/ou faire un brushing et qui n’ont pas envie d’entendre une réflexion du type « oulaaaaah, t’as une sale gueule aujourd’hui, ça va toi ? ». Un homme qui doit faire une visio, c’est un coup de peigne, un haut correct et c’est parti. La charge mentale mise sur les femmes sur le sujet de l’aspect est énorme... un travail à ce sujet ne me semble pas inutile !



NUMÉRO 2 : Travailler dans son lit

Bon, et bien pour ce numéro 2, vous prenez un doux mélange entre rester en pyjama et ne pas se bouger, et vous l’obtenez. Un lit, c’est fait pour dormir, ce n’est pas un lieu de travail. Beaucoup d’études ont montré que si votre cerveau associe l’endroit où vous dormez avec le travail, votre sommeil sera perturbé par la suite. Et oui, après tout, pourquoi ne pas faire un petit email à 23.00 avant d’aller rejoindre Morphée ?


Si vous voulez avoir un sommeil reposant, vous devez vous interdire la présence d’un écran dans votre lit, que ce soit un ordinateur ou un smartphone.


Il est impératif que vous ayez un endroit fixe chez vous pour travailler afin de préserver l’équilibre vie privée / vie professionnelle. Je sais, nous ne sommes pas toutes et tous logés à la même enseigne en termes de logement et il est plus simple de s’organiser un bureau dans 200 mètres carrés que dans 25. Cependant, même dans ce deuxième cas, la notion de lieu de travail et de rituel pour aller travailler est important si vous ne souhaitez pas que petit à petit votre logement ne se transforme pas entièrement en bureau.



NUMÉRO 1 : Faire beaucoup plus d'emails pour prouver que l'on travaille

NON, désolé, le fait que vous envoyiez 10 mails en rafale toutes les 5 minutes ou que vous le fassiez à 23.30 ne montre pas votre motivation, ni votre engagement.


Prouver que nous sommes en train de travailler est une inquiétude partagée par beaucoup de salariés, ce qui montre un double problème :

· Le sujet n’a clairement pas été abordé ouvertement au sein de l’équipe par le manager. Il faut impérativement mettre au clair que l’implication de l’équipe ne sera pas mesurée à l’aune du nombre d’emails envoyés, mais à celle du nombre d’objectifs atteints. Le présentéisme par email est la forme numérique du présentéisme en présentiel que nous « aimons » tant ! La mise en place d’un fonctionnement par objectif permet d’éviter ce travers.


· Le sujet de la confiance n’a pas été abordé dans l’équipe. Le management doit exprimer clairement ce qu’il attend de son équipe et, surtout, rassurer celle-ci qu’il n’a aucun doute sur son implication.


Alors pourquoi ce point est le grand vainqueur de ce classement ? Parce ce que une fois que la pandémie sera derrière nous, son effet sera amplifié. Si je suis le/la seul/e de l’équipe en télétravail, inconsciemment, je vais avoir peur que les autres pensent que je suis en train de me la couler douce.


CONCLUSION

Le télétravail est une chance quand il est choisi. Actuellement, c’est un peu particulier pour beaucoup d’entre nous. Cela étant dit, imaginez un monde sans le COVID... imaginez que vous puissiez choisir la quantité de télétravail que vous pouvez prendre chaque semaine, de façon totalement autonome. Comme je le disais en introduction, nous sommes 92% à le souhaiter, et plus de 50% souhaitent avoir entre 2 et 3 jours chaque semaine... c’est beaucoup, et c’est bien ; si tant est que ce télétravail soit effectivement bien vécu et, surtout, qu’il soit optimisé.


Si vous vous reconnaissez dans l’un de ces 5 points, c’est dès aujourd’hui que vous pouvez agir pour préparer votre télétravail futur et que vous puissiez l’apprécier à sa juste valeur. Ça vaut le coup, vous ne trouvez pas ?



Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

1- Les 5 clés du management à distance

2- Motivation au travail : les 5 nouveaux leviers


Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.

Mes Livres

Mes conférences

Mes web-conférences

Mes podcasts

Mes replays



Avec Bob sur scène

L'AUTEUR
Mon dernier livre
couv-BE (1).jpg