Le management bienveillant 2.0. Et si la pandémie avait redistribué les cartes ?


@demaincommenceajourdhui - https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/

Illustration :  @demaincommenceajourdhui / https://www.instagram.com/demaincommenceaujourdhui/


La pandémie aura marqué de façon indélébile nos vies… c’est certain. L’année 2020 restera dans nos mémoires et entrera sans aucun doute possible dans les livres d’histoire. Nous retiendrons les morts, les angoisses, la crise économique et toute la cohorte des effets négatifs sur nos vies, mais un certain nombre d’impacts positifs commencent à se dessiner, entre autres, l’impact gigantesque que cette pandémie aura sur les méthodes de management.


Depuis des années, je travaille sur le concept de management par la bienveillance et, d’une certaine manière, je me réjouissait de constater que la pandémie a agi comme un gigantesque accélérateur sur celui-ci. Aucune entreprise ne peut aujourd’hui se passer d’une certaine forme de bienveillance dans son mode de management.


Mais une fois que l’on a dit cela… nous voilà bien avancé. Le management bienveillant tel que je le définissais il y a bientôt 6 ans est-il vraiment le même aujourd’hui ? Et bien, chers amis, la réponse est non car l’entreprise d’aujourd’hui n’est plus la même qu’il y a 6 ans. Elle a radicalement changé et c’est pour cette raison qu’il faut désormais envisager un management bienveillant 2.0.


Ce management bienveillant 2.0 se caractérise par 6 points précis :


1- Le management bienveillant 2.0 est un management par l’humilité

Cette crise nous a fait prendre conscience que l’humanité toute entière n’est pas grand-chose face à une pandémie. Mieux, pour la première fois depuis que l’économie moderne existe, l’humain a été mis en priorité devant l’économie.


Au siècle dernier, l’image du manager qui était valorisée était celle du manager froid, distant, plus proche de Terminator que du Bisounours à l’image du Loup de Wall Street… pas d’état d’âme, jamais, l’économique légitimait tout.


La manager bienveillant 2.0 est humble, il assume ses doutes et ses faiblesses, ce qui l’aide grandement à accepter les doutes, les faiblesses et les erreurs de ses collaborateurs et collaboratrices.


2- Le management bienveillant 2.0 est plus empathique que jamais

Avant la pandémie, il était simple d’appliquer une méthode de management relativement globale puisque chaque membre de l’équipe travaillait exactement dans les mêmes conditions. Depuis le premier confinement, les différences entre chaque personne ont grandi en fonction :

· Télétravail ou non

· Bonne connexion internet ou pas

· Taille de son logement

· Capacité personnelle d’adaptation à la crise


Chaque collaborateur est un cas totalement particulier, c’était vrai avant la pandémie. Mais désormais, chacune de ses différences est amplifiée par la différence de sa situation personnelle, obligeant le manager à avoir une capacité d’empathie beaucoup plus grande, mais surtout, importante pour être capable de motiver ses équipes.


3- Le management bienveillant 2.0 manage par objectif

La pandémie, et l’explosion du télétravail aura permis de prendre conscience que l’important chez un salarié, ce n’est pas qu’il ou elle fasse un certain nombre d’heure chaque jour, mais que le travail soit fait. Le présentéisme est un fléau depuis longtemps, mais le travail à distance impose une solution : le management par objectif.


Le télétravail se sera installé de façon définitive dans notre quotidien et le manager bienveillant 2.0 devra gérer une équipe hybride entre présentiel et distantiel. Il ne pourra pas de contenter de se rassurer en se disant que son équipe « a fait ses heures »


4- Le management bienveillant 2.0 est attentif aux émotions de son équipe

Et oui… nous avons des émotions. Positives et négatives. Rien de nouveau me direz-vous. Certes, mais pour la première fois depuis que je travaille, une attention toute particulière est portée à celles-ci. A la sortie du premier confinement, les media ont beaucoup parlé de détresse psychologique, de l’impact dévastateur que l’isolement a pu avoir sur certain.e.s.


Nous ne sommes pas des robots et il est de la responsabilité du manager de ne laisser personne de côté, d’être à l’écoute des émotions de son équipe afin de pouvoir mettre en place un environnement serein…. Et bienveillant.


5- Le manager bienveillant 2.0 donne du sens

Beaucoup de repères ont été perdus par les salariés pendant cette période. Plus que jamais, les salariés ont dû répondre à cette question « pourquoi travaillons nous ? ». Certes, la quête de sens existait avant la pandémie, mais nous sommes beaucoup à nous être remis en question, à prendre conscience qu’un nouvel équilibre vie privée / vie professionnelle était si ce n’est nécessaire, a minima possible.


Notre rapport à notre vie professionnelle aura été profondément changé du fait de cette pandémie, et imaginer que nous retrouverons nos vieux repères une fois la pandémie passée est une douce illusion. C’est dans la création de ces nouveaux repères que le manager bienveillant 2.0 jouera un rôle central pour accompagner son équipe.


6- Le manager bienveillant 2.0 est protéiforme

Faut-il être un manager bienveillant ? Un manager leader ? Un manager coach ? Toutes ces théories qui semblaient s’opposer avant la pandémie n’ont tout simplement pas lieu d’être. Un manager est avant tout un être humain avec ce qu’il a de bon et de moins bon. La pandémie aura probablement baissé le niveau d’exigence de notre regard sur le management : personne n’est superman ou wonderwoman, nous faisons de notre mieux.


Non, tous les managers ne peuvent pas être des supers leaders, ou des supers coach ou supers bienveillants… par contre, le manager bienveillant 2.0 essayera d’être un peu des trois, au maximum de ce qu’il peut faire.



CONCLUSION

Cette pandémie aura eu une vertu : remettre l’humain au centre de toutes choses, y compris du management. Et être un humain suppose une bonne dose d’imperfections dont nous prenons pleinement conscience actuellement. Le manager bienveillant 2.0 ne se satisfera pas de ces imperfections, les siennes comme celles de son équipe, mais, pour reprendre une bonne vieille expression, il n’en fera pas tout un plat.


Faire ce que l’on peut avec ce que l’on a et s’en satisfaire. Alors bien entendu, toutes les autres qualités qui définissaient le manager bienveillant avant la crise, comme l’écoute, la disponibilité, sa capacité à sourire etc. sont toujours valables Mais finalement, la seule chose que l’on exige d’un manager, quel que soit son niveau hiérarchique n’est il pas d’être humain…. Tout simplement humain ?




Gaël Chatelain-Berry


Pour aller plus loin :

Manager bienveillant, manager coach ou manager leader ? Quel manager êtes-vous ?

Les 5 clés du management à distance



Je suis auteur, chroniqueur et conférencier... ci-dessous, quelques liens utiles.

Mes Livres

Mes conférences

Mes web-conférences

Mes podcasts

Mes replays



Avec Bob sur scène

L'AUTEUR
Mes derniers livres
Capture d’écran 2021-02-09 à 08.50.14.
couv-BE (1).jpg